Conférence invitée du Prix Nobel alternatif Raúl Montenegro

Le Prof. Dr. Raul Montenegro, membre d’INTI, Professeur de Biologie Evolutive a l’Université Nationale de Cordoba (Argentine), Président de la FUNAM et premier Prix Nobel Alternatif (reçu au Parlement Suédois en 2004) a présenté sa conférence invitée « Economie ecosystémique, crises et coopérativisme »

raul-montenegro

Raúl Montenegro enseigne également l’écologie, l’aménagement et l’environnement au sein de nombreuses universités. Mais ce n’est pas seulement un savant.

C’est également un activiste investit de longue date dans des luttes pour la défense des peuples indigènes, la préservation de l’environnement et de la biodiversité, contre le nucléaire et contre Monsanto, entre autres.

Il a été récompensé par de nombreuses reconnaissances internationales, parmi lesquelles :

  • Le Nuclear Free Future Award en 1998 (Autriche)
  • Le prix Global 500 des Nations Unies en 1989 (Nairobi)
  • Le prix Nobel Alternatif en 2004 (Suède)

Après avoir été vice-président de Greenpeace, Il préside la Fondation pour la défense de l’environnement, La FUNAM, membre consultatif du Conseil Économique et Social des Nations Unies.

Dans sa conférence Raul Montenegro a  introduit la notion d’économie ecosystémique, un modèle adaptatif opposé à la plupart des modèles économiques dominants.

Il a fait une synthèse de l’évolution récente des systèmes économiques et ses limitations pour arriver finalement a la notion d’économie ecosystémique qui essaie de rétablir la conformité humaine aux règles des écosystèmes naturels, basés sur le respect des différentes capacités de charge « K » avec un remplacement progressif des courbes exponentielles de croissance par des courbes quasi sigmoïdes.

Il a analysé la structure, le fonctionnement et l’évolution des écosystèmes de la Terre, comparés aux caractéristiques qui assurent la survie des espèces à travers le temps. A la base du système adaptatif se trouve le remplacement permanent et évolutif des individus, espèces et écosystèmes, où les génomes assurent la prévisibilité des conduites des espèces et de leurs populations. Les génomes adaptatifs et avec prévisibilité, et leurs respectives projections phénotypiques, peuvent survivre seulement en tant les changements environnementaux ne dépassent pas leur capacité relativement temporaire d’adaptation. La plupart des espèces de la biodiversité montrent prévisibilité de base génomique (ADN; ARN; ADN et ARN). Avec Homo sapiens une nouvelle expérience évolutive commença, avec évolution culturelle et accumulation trans générationnelle d’information, non génétique, associés au changement permanent de ses niches écologiques et de ses « taches » dans les écosystèmes qu’elle occupe transitoirement. Homo sapiens est une espèce écologiquement imprévisible.

Le succès relatif des populations humaines est né de ce divorce entre une biodiversité prévisible et l’expérience humaine avec conduites changeantes et imprévisibles, expérience basé sur une violation systématique des capacités de charge « K » que montrent les écosystèmes naturels (P/R≈1). Les changements culturels permanents (indépendants des génomes), et la croissance comme but suprême, conduisent inévitablement a la diminution progressive de la biodiversité adapté et a la simplification des écosystèmes naturels, situation extrêmement dangereuse pour la survie d’Homo sapiens.

L’instrument qui a accéléré ce divorce c’est l’invention humaine de l’agriculture dans 7 régions différentes de la planète (10.000-12.000 ans AP). C’est la stratégie que nous appelons « de chaine alimentaire courte ». Apres un 90% du temps évolutif d’Homo sapiens dominé par les chaines alimentaires longues, à faible impact sur l’environnement, la nouvelle stratégie de chaines courtes produit une expansion territoriale des révolutions vertes, révolutions urbaines et surtout, des révolutions culturelles.

La tyrannie du génome fut remplacé par la tyrannie de la culture non adaptative, responsable de produire une diminution de la biodiversité et de l’ecodiversité, une croissance de la consommation moyenne per capita (énergie, matériaux, objets, espaces), et une réduction systémique de la durabilité et de la stabilité.

Dans ce processus de perte écologique générale les écosystèmes simplifiés abritent des populations humaines génératrices de crises internes (inégalités, exploitation, esclavage, violence, guerres, génocides, souffrance a grande échelle) et de crises externes, prévisibles comme le changement climatique par exemple, et imprévisibles.

Raúl Montenegro a ensuite décrit les bases sociales et écologiques d’une économie adaptative, en faisant une analyse des crises comme autant d’opportunités de changement . L’économie ecosystémique essaie de rétablir la conformité humaine aux règles des écosystèmes naturels, basé sur le respect des différentes capacités de charge « K » avec un replacement progressif des courbes exponentielles de croissance par des courbes quasi sigmoïdes.

il a finalement analysé quelques instruments pratiques pour la construction d’une économie ecosystémique  :

  • L’agriculture durable de faible impact négatif
  • Les systèmes avec production minimale de déchets (et la maximisation du cycle recyclage, recirculation et réutilisation, qui caractérise l’économie circulaire)
  • Les sources renouvelables d’énergie
  • Les systèmes de labellisation et
  • Le coopérativisme durable, opposé au coopérativisme non adaptatifs.

Jean-Jacques GIRARDOT


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *