Strasbourg2010: « Innovation écologique et sociale »

Ce second appel à communication pour la 9e conférence internationale d’intelligence territoriale « Innovation écologique et sociale » qui se tiendra à Strasbourg du 17 au 19 novembre 2010.

Cette prolongation est motivée par la proposition des partenaires du Réseau Européen d’Intelligence Territoriale, ENTI, de répondre au sujet “L’Europe en route vers un nouveau mode de croissance économique et de développement social” du 7e programme de Recherche de l’Union Européenne publié le 20 juillet dernier, avec un projet intégré de large échelle, actuellement dénommé « new-LIFE ».

Les premières orientations de ce projet ont été définies dans le cadre de l’École d’Été de l’intelligence territoriale qui a réuni plus de vingt partenaires de ENTI à Marne-la-Vallée les 22 et 23 juillet 2010. Le programme de la conférence a été réaménagé. La journée du 17 novembre sera consacrée à la discussion des orientations scientifiques, du plan de travail, du management et de la dissémination du projet « new-LIFE ». Toutefois, cette évolution ne change rien à l’objet général de la conférence, l’innovation sociale et écologique. Il adapte légèrement les trois thèmes proposés pour les communications aux questions de l’appel à projet.

A – Réflexions théoriques sur l’innovation écologique et sociale et l’innovation intégrée, dans la transition socio-écologique
B – Analyse d’expériences concrètes d’innovation écologique et sociale et d’innovation intégrée
C – Préconisations pour la gouvernance favorable à l’innovation écologique et sociale et à l’innovation intégrée.

Cette 9e conférence internationale d’intelligence territoriale est organisée conjointement par le Relais Emploi de Strasbourg (http://www.relaisemploi-strasbourg.org) et le Réseau européen d’intelligence territoriale ENTI « European Network of Territorial Intelligence ». ENTI regroupe en Europe et dans le monde 29 équipes de recherche et 17 acteurs territoriaux, dont le Relais Emploi de Strasbourg. Cette conférence souhaite donner une place importante aux acteurs publics, privés et associatifs du développement durable des territoires, notamment dans le cadre des thèmes B et C, concernant respectivement l’analyse et la diffusion des pratiques innovantes.

Le sujet « l’Europe en route vers un nouveau mode de croissance économique et de développement social » se place dans les orientations générales du premier appel à communication : la combinaison des objectifs du développement durable et la transition socio-écologique.

Celle-ci a fait l’objet de notre dernière conférence internationale « Intelligence territoriale et prospective socio-écologique » qui s’est tenue à Nantes et Rennes du 24 au 26 mars 2010. Le sujet « l’Europe en route vers un nouveau mode de croissance économique et de développement social » s’interroge sur le lien entre les priorités économiques et sociales, en soulignant les tensions entre les priorités économiques et sociales qui caractériseront la transition socio-écologique. Les questions posées par ce sujet à la recherche concernent les réformes structurelles à conduire, les initiatives politique et la gouvernance, le lien entre la recherche, l’innovation et les activités productives, les territoires et le contexte culturel. Ce dernier a été au centre de la conférence internationale « Intelligence territoriale et culture du développement » à Salerno du 4 au 7 novembre 2009. Inutile de rappeler l’intérêt pour les territoires de l’intelligence territoriale dont l’objet est, au plan de la connaissance comme au niveau de l’action, la combinaison des objectifs économiques, sociaux, environnementaux et culturels du développement durable.

Dans la société de la connaissance, l’innovation conjuguant tous ces objectifs est la clef de la réussite de la transition socio-écologique en Europe, et le projet « new-LIFE » entend répondre, en premier lieu grâce à conférence internationale, à l’interrogation de l’Europe concernant une vision intégrée de l’innovation.

« Comment les États membres et l’UE adapteront-ils et coordonneront-ils leurs politiques de recherche, d’innovation et d’industrie en vue de la transition socio-écologique? Quelles sont les meilleures pratiques existantes en matière de combinaison des innovations techniques, économiques et sociales? Quelles sont leur efficacité économique, leur équité sociale et leur performance environnementale? Quels sont les nouveaux secteurs qui pourraient se développer en même temps que de la transition socio-écologique? »

Un récent rapport de la Commission Européenne, « Le monde en 2025 », évoque l’urgence d’une transition socio-écologique pour faire face à la dégradation préoccupante des emplois en Europe, fortement aggravée par la crise actuelle, et propose de profiter des défis écologiques et démographiques pour inventer un nouveau mode de développement.
La transition vers un modèle « socio-écologique » doit répondre aux exigences en matière d’environnement et de cohésion sociale qui vont pousser l’humanité vers une nouvelle façon de produire, de consommer, d’habiter, de se déplacer, etc.

« Les consommateurs isoleront leurs logements, ils remplaceront leur voiture par une autre plus petite, ils marcheront, prendront des transports en commun. Ils seront moins mobiles.
Les entreprises réorganiseront leur logistique, innoveront en termes de produits et de processus, relocaliseront certaines activités, elles placeront leurs entrepôts près des gares, abandonneront les matières plastique pour le bois, rendront des produits plus facilement réparables ou les recycleront davantage.

Les États aménageront le territoire en prenant en considération le coût croissant du transport. Ils favoriseront les énergies renouvelables et les technologies fossiles « propres ». » (Commission Européenne, Le monde en 2025, p. 23)

La transition socio-écologique se fonde sur l’augmentation des produits et services liés à l’environnement, aux conséquences de la raréfaction des ressources naturelles et du changement climatique, au vieillissement de la population, au développement du dénuement et de la mobilité des hommes et des femmes, et aux besoins en formation liés aux nouvelles compétences requises.
L’innovation constitue un sujet décisif de la seconde activité car nous ne saurions imaginer une transition socio-écologique sans innovation écologique et sociale.

L’importance donnée à l’innovation est l’une des caractéristiques principales de la société de la connaissance et l’un des composants essentiels du développement pour les décades à venir. Beaucoup de travaux théoriques ont été publiés sur cette question mais ces travaux concernent essentiellement l’innovation industrielle, d’une part, et il est plus difficile de trouver des analyses sur des expériences concrètes et leur diffusion, d’autre part.

Le labo de l’économie sociale et solidaire, http://www.lelabo-ess.org, piloté par Claude Alphandéry a recensé des expériences innovantes en France et propose une cinquantaine de recommandations pour les pérenniser et les développer dont voici les objectifs principaux :
• Investir dans l’intérêt général en créant des activités utiles pour tous et des emplois de qualité
• Mettre des limites au marché et réduire les inégalités
• Réaffirmer les enjeux sociaux du développement durable
• Redonner du pouvoir économique aux citoyens
• Faire du territoire le cœur de l’économie réelle.

Les crises économiques, écologiques, sociales, financières et culturelles renforcent la précarité de groupes humains et des territoires les plus vulnérables. Les menaces qu’elles font peser sur la planète et sur l’humanité provoquent une réflexion en profondeur sur nos modes de production, de consommation, d’investissement et de répartition.

Le développement durable, qui représente le mieux cet espoir de changement, se réduit trop souvent à « concilier performance économique et respect de l’environnement », oubliant le pilier « social » et la nécessité d’une gouvernance démocratique. Or, les populations et les territoires les plus vulnérables, au nord comme au sud, sont toujours les premières victimes des dégradations de la planète. L’environnement ne peut pas constituer le nouveau ressort de la croissance globale, sans une remise en cause profonde de nos modes de production et de consommation avec l’objectif d’améliorer la qualité de vie de tous.

Face à une économie plus soucieuse de la rentabilité à court terme de placements financiers que des besoins humains, les territoires soumis aux coûts sociaux, environnementaux et culturels de la globalisation trouvent des capacités de résilience face aux chocs externes dans le développement de la coopération, les économies d’énergie fondées sur la proximité et le développement des services aux personnes et d’intérêt général. Les territoires sont déjà les lieux de multiples innovations écologiques et sociales. Toutefois se pose souvent la question du rôle des administrations publiques, de l’état et des collectivités territoriale, au niveau du soutien aux initiatives innovantes.

Le thème de communication A concernera les réflexions théoriques sur l’innovation écologique et sociale et sur l’innovation intégrée. La conférence est donc uniquement intéressée par des communications portant sur les domaines sociaux et environnementaux, en les associant dans le contexte plus large de la combinaison des objectifs économiques, sociaux, environnementaux et culturels du développement durable, et en établissant clairement l’intérêt de l’innovation écologique et sociale pour la transition socio-écologique.

Le thème B sera consacré à l’analyse d’expériences concrètes d’innovation écologique et sociale et d’innovation intégrée. Les simples descriptions d’expériences innovantes n’intéressent pas la conférence qui souhaite présenter des analyses d’expériences où l’innovation porte à la fois sur des aspects sociaux et environnementaux. Ici aussi la conférence sera attentive à l’analyse de l’impact des ces innovations sur la transition socio-écologique au niveau des territoires.

Le thème C proposera des préconisations pour le soutien à l’innovation écologique et sociale et à l’innovation intégrée. Il s’agit de favoriser l’action publique, des états et des collectivités territoriale, pour soutenir, pérenniser et diffuser les innovations écologiques et sociales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *