Huelva2013: Appel à communication

Capture

XIIe Conférence annuelle internationale
d’Intelligence Territoriale

 » Innovation sociale et nouveaux modes de gouvernance pour la transition socio-écologique « 

21-22 Novembre 2013, Huelva (C3IT-UHU)

http://catalyse.univ-fcomte.fr/huelva/

Capture2

XIIe Conférence internationale annuelle d’Intelligence Territoriale

 » Innovation sociale et nouveaux modes de gouvernance pour la transition socio-écologique « 

21-22 Novembre 2013, Huelva (C3IT-UHU)

Cette conférence internationale est organisée par :

  • Le Groupe de recherche international: Groupe de Recherche International “International Network of Territorial Intelligence”, GDRI INTI, qui est coordonné par le CNRS (France).
  • Le centre de recherche: « Centro de Investigación Internacional en Inteligencia territoriale » Universidad de Huelva, C3IT-AC00221 CI (Espagne).

Appel à communications :

Les préoccupations écologiques ou éthiques exprimées sur divers forums par les mouvements sociaux et les réseaux internationaux, nationaux et locaux, affirment aujourd’hui, avec plus d’insistance que jamais, la nécessité de procéder à une transition socio-écologique profonde vers un nouveau modèle d’organisation sociale. Ce nouveau système devra être plus en harmonie avec l’environnement naturel, plus axé sur la qualité de vie, plus juste socialement et plus authentiquement démocratique. À cet égard, du point de vue scientifique, l’objectif principal du Réseau International d’Intelligence Territoriale est la co-construction d’approches théoriques, des méthodes et des outils pour les partenariats territoriaux pour élaborer conjointement leurs feuilles de route et de mener à bien ensemble leurs projets de manière plus efficace .

Le fait est que, dans le contexte de crise socio-écologique, les défis portant sur le développement de la qualité de vie varient d’un territoire à l’autre. Ainsi, les acteurs institutionnalisés et les citoyens qui agissent dans différents endroits sont confrontés à la crise en favorisant l’innovation sociale dans de nombreuses façons différentes. Ces innovations sociales sont, avec plus ou moins puissants, influençant leurs systèmes de gouvernance territoriale, à savoir les mécanismes traditionnels de résolution des conflits dans le système triple de tensions: public-privé, et l’Etat-citoyenneté locale-globale.

Expérience théorique et pratique montre qu’il y a au moins quatre caractéristiques qui sont partagées par tous ces processus d’innovation sociale.

– La première est que ces pratiques impliquent souvent la production collaborative de nouvelles connaissances. Une connaissance qui est directement créé par les participants, qui n’est pas médiée par la science conventionnelle ou les médias traditionnels, et qui est utilisé pour les processus de prise de décision en collaboration;

– La deuxième caractéristique est l’utilisation intensive qui est faite des technologies de l’information et de la communication, en particulier, mais pas exclusivement, des réseaux sociaux;

– La troisième est que ces processus impliquent souvent la récupération de l’espace commun, en particulier dans le domaine de la gestion économique;

– La quatrième caractéristique commune, qui est un corollaire de ce qui précède, est que ces processus d’innovation sociale deviennent les processus de renforcement des capacités des participants, qui se transforme en autonomie, dans le sens d’une augmentation de la capacité des acteurs ayant une influence initialement faible.

Avec la vocation résolument pluridisciplinaire de l’INTI, la réunion vise à faciliter le débat entre la communauté scientifique et les acteurs territoriaux différents (entrepreneuriat social, réseaux et plates-formes de citoyens, fonctionnaires, autorités publiques …) sur ces processus de développement socio-écologique innovation. La Conférence se concentrera surtout sur la discussion sur les caractéristiques des nouveaux modes de la gouvernance horizontale, latérale, émergente, et leur contribution au processus de transition socio-écologique, ainsi que les possibilités et les limites des méthodes et des outils d’intelligence territoriale pour son développement.

Ainsi, les communications sont invitées à présenter des analyses des expériences réelles de la gouvernance et de l’innovation sociale dans le domaine, qu’ils soient d’initiative publique, privée ou communautaire, répondant aux questions suivantes :

– Comment identifier et caractériser les initiatives les plus actifs, les innovations les plus perturbateurs, les pratiques les plus prometteuses, un des nouveaux agents de changement? Comment mesurer leurs impacts en termes de résilience territoriale?

– Comment ces initiatives sont liées à des entreprises sociales, économiques et autres initiatives sociales? Comment ces processus sont influencés par l’idée de «biens communs» et avec quelles conséquences?

– Quelles sont les méthodes et les outils ont démontrés à être plus utile dans le renforcement des capacités et les compétences des participants dans le cadre de ces processus d’innovation sociale et l’intelligence territoriale? Comment évaluer le progrès?

– Quel est le rôle des technologies de l’information et de la communication, en général, et plus particulièrement dans les processus collaboratifs de production de connaissances dans les projets?

– Comment intégrer ces pratiques dans les cadres institutionnels qui favorisent le développement alternatif? Comment faire pour absorber de façon productive dans un système qui garantit l’égalité des droits et de la cohésion sociale? Comment renouveler l’architecture réglementaire de cette intégration?

– Comment assurer la participation et la représentation des groupes les plus vulnérables et les territoires?

– Quel rôle joue la dimension de genre dans ces processus?

– Comment promouvoir les structures publiques sur le territoire de venir impliquer dans ces processus pour l’acheminement et la reconstruction des liens dans l’espace public, en les renforçant?

– Comment intégrer tous ces processus à un plus réfléchie, prise de décision publique délibérative et participative, comment générer la gouvernance plus active que d’une citoyenneté plus active mérite?

En plus de cela, pour les membres de l’INTI la réunion servira comme un espace de réflexion et de synthèse des conclusions des réunions internationales développé cette année 2013, que la session thématique «Intelligence territoriale: l’exploration d’approches théoriques, méthodes et applications » lors de l’Assemblée réunion de l’Association des géographes américains à Los Angeles le 9 Avril-13 ou le Conférence internationale d’Intelligence Territoriale « Intelligence, la transition et la résilience des territoires socio-écologique territoriale» qui s’est tenue le 30 au 31 mai à Besançon et Dijon (France), dont les contenus peuvent être téléchargés à http://catalyse.univ-fcomte.fr/huelva/. La session interne du GDRI INTI permettra aux chercheurs du réseau pour définir le programme de travail commun pour 2014.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *