Tous les articles par INTI

Rapport INTI 2016 « l’Économie Sociale et Solidaire dans les territoires »

La conférence « INTI2016 », qui s’est tenue les 23, 24 et 25 novembre 2016 à Charleroi et Liège a été la 15e conférence annuelle internationale du International Network of Territorial Intelligence (INTI, inti.hypothèses.org). Elle était consacrée au thème « l’Économie Sociale et Solidaire dans les territoires ».

Accéder aux présentations de communications

Elle a été co-organisée par le Service d’Étude en Géographie Économique Fondamentale et Appliquée de l’Université de Liège (SEGEFA ULg, www.segefa.be) avec l’appui du projet transfrontalier Interreg VISES « Valorisons ensemble l’Impact Social de l’Entreprenariat Social », et de la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement C. N. Ledoux de l’Université de Franche-Comté et du CNRS (MSHE UBFC, mshe@mshe.univ-fcomte.fr). L’événement a voulu intégrer de nombreux partenaires actifs dans le domaine de l’économie sociale et plus particulièrement le Centre d’Economie Sociale (CES www.ces.ulg.ac.be) de l’Université de Liège, ConcertES, plateforme de concertation des organisations représentatives de l’économie sociale (www.concertes.be) et le CPAS de Charleroi qui possède un observatoire social dont un des axes est l’économie sociale. Cette conférence a également reçu le soutien financier de la Wallonie par le canal de Monsieur Jean-Claude Marcourt, Vice-Président du Gouvernement wallon, Ministre de l’Economie, de l’Industrie, de l’Innovation et du Numérique.

Elle a accueilli 350 participants. 5 communications sont été prononcées en réunion plénière, dont la conférence invitée de Raul Montenegro, et 43 communications ont été présentées dans le cadre de 13 ateliers organisés par INTI. Elles sont disponibles sur inti.hypotheses.org/2588. Elles seront prochainement publiées dans la collection INTI de HAL-SHS sous le numéro ISSN 2493-4488.

Un séminaire consacré au lancement du Groupe de Recherche International (GDRI) a été organisé le mardi 22 novembre 2016 à Charleroi de 15h à 19h. Ce projet porté par le réseau INTI est encouragé par le CNRS. Le séminaire a regroupé 27 chercheurs, les membres de l’ancien GDRI INTI (2011-2014) et des chercheurs intéressés par le projet. Serge ORMAUX, coordinateur du projet de GDRI au sein de la MSHE, a présenté le contexte institutionnel et les axes scientifiques actuels élaborés dans le cadre de INTI. Il a également proposé de nouveaux thèmes de recherche.

inti2016-161123-bois-du-cazier-72dpi-9x6

La journée du mercredi 23 novembre s’est déroulée dans le cadre restauré du site minier du Bois du Cazier, lieu d’une catastrophe qui fit 262 victimes de 10 pays différents en 1956. Il témoigne de la dureté de la condition ouvrière et de l’importance de l’immigration qui firent la prospérité de la Wallonie avant la crise de la sidérurgie qui dure à présent depuis une quarantaine d’années.

Cyril Masselot, coordinateur de INTI au sein de la MSHE, et Guénaël Devillet, directeur du SEGEFA, coorganisateurs de INTI2016, ont introduit la conférence.

Sébastien Pereau, secrétaire général de ConcertES, plateforme de concertation des organisations représentatives de l’économie sociale, a ouvert plus particulièrement cette journée, consacrée à la 1e rencontre de l’impact social organisée dans le cadre du programme de coopération transfrontalière VISES (http://www.projetvisesproject.eu).

Florence Jany-Catrice, professeur d’économie à l’Université de Lille1, et Sybille Mertens, Professeur d’économie au Centre d’Économie Sociale de l’Université de Liège, ont introduit les enjeux de l’évaluation de l’impact social. Quatre retours d’expérience ont ensuite illustré des cas pratiques.

L’après-midi a été consacré à six ateliers. Trois ateliers organisés par INTI ont traité des approches polydisciplinaires de l’impact social, de l’usage de l’observation des territoires pour évaluer l’impact social et du rôle de l’Économie Sociale et Solidaire dans le développement durable, avec 9 communications au total. Trois ateliers organisés par VISES ont envisagé l’impact social comme enjeu territorial et comme enjeu économique et ont traité de la façon de l’évaluer.

Joanne Clotuche, chargée de projets de la Fédération d’Économie Sociale (SAW-B, www.saw-b.be), a synthétisé une première série de conclusions.

Jean-Jacques Girardot, conseiller scientifique à la startup coopérative Acokima, a précisé l’intérêt et les possibilités de l’observation des territoires pour valoriser l’impact des initiatives sociales et solidaires. Giusto Maniscalchi, responsable de l’Observatoire social, et Vincent Donckers, responsable du Pôle d’économie Sociale du CPAS de Charleroi, ont présenté l’Observatoire Local de Cohésion Sociale du Centre Public d’Action Sociale de Charleroi.

Melissa Walka, Secrétaire de Cabinet du Président du CPAS de Charleroi, Éric Massin, a conclu la journée, au nom de ce dernier.

La seconde journée, jeudi 24 novembre 2016, a débuté avec la visite du Pôle d’Économie Sociale de Charleroi qui conjugue des activités de recyclage des déchet avec des formations qualifiantes pour des publics éloignés de l’emploi.

Huit ateliers se sont déroulés l’après-midi dans les locaux de HEC, l’École de Gestion de l’Université de Liège qui abrite tout particulièrement un master en Management des Entreprises Sociales. 26 communications ont abordé les thèmes suivants :

  • Innovation Sociale et ESS
  • ESS et terroir (2 ateliers)
  • ESS et durabilité des pays émergents
  • Gouvernance et ESS
  • Coopération et ESS
  • ESS et institutions
  • ESS et genre

La journée s’est terminée avec une conférence invitée de Raul Montenegro « Economie écosystémique, crises et coopératisme »

La troisième et dernière journée, vendredi 25 novembre 2016, a été commencé avec deux ateliers (8 communications) consacrés l’un à l’entrepreneuriat social et coopératif, et l’autre à l’intelligence collective et au développement des territoires.

Le film « Demain, quel futur par l’économie sociale et solidaire » a été projeté. Il a été réalisé par les étudiants du master en Management des Entreprises Sociales (HEC ULg) avec l’expertise et sous la direction d’Anne Savaton de Snark Productions. Les étudiants s’étaient emparés du thème lors d’un déplacement au Forum Mondial de l’Économie Sociale à Montréal, début septembre 2016.

Une table ronde avec le Ministre Jean-Claude Marcourt a établi un dialogue entre le monde politique et des enseignants-chercheurs spécialisés en économie sociale

La conférence a été conclue par le professeur Albert Corhay, Recteur de l’Université de Liège.

La manifestation s’est terminée avec un moment de convivialité à « Vin de Liège », une coopérative qui ambitionne de devenir un domaine viticole de référence en Wallonie et en Belgique. Aspirant à devenir un domaine connu pour sa qualité, son engagement social et son souci de l’environnement, elle veut aussi devenir une référence qui propose un modèle économique durable.

Conférence invitée du Prix Nobel alternatif Raúl Montenegro

Le Prof. Dr. Raul Montenegro, membre d’INTI, Professeur de Biologie Evolutive a l’Université Nationale de Cordoba (Argentine), Président de la FUNAM et premier Prix Nobel Alternatif (reçu au Parlement Suédois en 2004) a présenté sa conférence invitée « Economie ecosystémique, crises et coopérativisme »

raul-montenegro

Raúl Montenegro enseigne également l’écologie, l’aménagement et l’environnement au sein de nombreuses universités. Mais ce n’est pas seulement un savant.

C’est également un activiste investit de longue date dans des luttes pour la défense des peuples indigènes, la préservation de l’environnement et de la biodiversité, contre le nucléaire et contre Monsanto, entre autres.

Il a été récompensé par de nombreuses reconnaissances internationales, parmi lesquelles :

  • Le Nuclear Free Future Award en 1998 (Autriche)
  • Le prix Global 500 des Nations Unies en 1989 (Nairobi)
  • Le prix Nobel Alternatif en 2004 (Suède)

Après avoir été vice-président de Greenpeace, Il préside la Fondation pour la défense de l’environnement, La FUNAM, membre consultatif du Conseil Économique et Social des Nations Unies.

Dans sa conférence Raul Montenegro a  introduit la notion d’économie ecosystémique, un modèle adaptatif opposé à la plupart des modèles économiques dominants.

Il a fait une synthèse de l’évolution récente des systèmes économiques et ses limitations pour arriver finalement a la notion d’économie ecosystémique qui essaie de rétablir la conformité humaine aux règles des écosystèmes naturels, basés sur le respect des différentes capacités de charge « K » avec un remplacement progressif des courbes exponentielles de croissance par des courbes quasi sigmoïdes.

Il a analysé la structure, le fonctionnement et l’évolution des écosystèmes de la Terre, comparés aux caractéristiques qui assurent la survie des espèces à travers le temps. A la base du système adaptatif se trouve le remplacement permanent et évolutif des individus, espèces et écosystèmes, où les génomes assurent la prévisibilité des conduites des espèces et de leurs populations. Les génomes adaptatifs et avec prévisibilité, et leurs respectives projections phénotypiques, peuvent survivre seulement en tant les changements environnementaux ne dépassent pas leur capacité relativement temporaire d’adaptation. La plupart des espèces de la biodiversité montrent prévisibilité de base génomique (ADN; ARN; ADN et ARN). Avec Homo sapiens une nouvelle expérience évolutive commença, avec évolution culturelle et accumulation trans générationnelle d’information, non génétique, associés au changement permanent de ses niches écologiques et de ses « taches » dans les écosystèmes qu’elle occupe transitoirement. Homo sapiens est une espèce écologiquement imprévisible.

Le succès relatif des populations humaines est né de ce divorce entre une biodiversité prévisible et l’expérience humaine avec conduites changeantes et imprévisibles, expérience basé sur une violation systématique des capacités de charge « K » que montrent les écosystèmes naturels (P/R≈1). Les changements culturels permanents (indépendants des génomes), et la croissance comme but suprême, conduisent inévitablement a la diminution progressive de la biodiversité adapté et a la simplification des écosystèmes naturels, situation extrêmement dangereuse pour la survie d’Homo sapiens.

L’instrument qui a accéléré ce divorce c’est l’invention humaine de l’agriculture dans 7 régions différentes de la planète (10.000-12.000 ans AP). C’est la stratégie que nous appelons « de chaine alimentaire courte ». Apres un 90% du temps évolutif d’Homo sapiens dominé par les chaines alimentaires longues, à faible impact sur l’environnement, la nouvelle stratégie de chaines courtes produit une expansion territoriale des révolutions vertes, révolutions urbaines et surtout, des révolutions culturelles.

La tyrannie du génome fut remplacé par la tyrannie de la culture non adaptative, responsable de produire une diminution de la biodiversité et de l’ecodiversité, une croissance de la consommation moyenne per capita (énergie, matériaux, objets, espaces), et une réduction systémique de la durabilité et de la stabilité.

Dans ce processus de perte écologique générale les écosystèmes simplifiés abritent des populations humaines génératrices de crises internes (inégalités, exploitation, esclavage, violence, guerres, génocides, souffrance a grande échelle) et de crises externes, prévisibles comme le changement climatique par exemple, et imprévisibles.

Raúl Montenegro a ensuite décrit les bases sociales et écologiques d’une économie adaptative, en faisant une analyse des crises comme autant d’opportunités de changement . L’économie ecosystémique essaie de rétablir la conformité humaine aux règles des écosystèmes naturels, basé sur le respect des différentes capacités de charge « K » avec un replacement progressif des courbes exponentielles de croissance par des courbes quasi sigmoïdes.

il a finalement analysé quelques instruments pratiques pour la construction d’une économie ecosystémique  :

  • L’agriculture durable de faible impact négatif
  • Les systèmes avec production minimale de déchets (et la maximisation du cycle recyclage, recirculation et réutilisation, qui caractérise l’économie circulaire)
  • Les sources renouvelables d’énergie
  • Les systèmes de labellisation et
  • Le coopérativisme durable, opposé au coopérativisme non adaptatifs.

Jean-Jacques GIRARDOT