Archives de catégorie : OTSE

Observatoire de la Transition Socio-Écologique en Franche-Comté : Résultats (en cours de finalisation)

 

« Aujourd’hui, nos modèles de croissance ne sont pas tenables au vu des ressources et limites de la planète, il faut donc passer par une transition pour refonder nos modèles et aboutir à un développement durable. »

Ségolène Royal – Ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (Présentation de la Stratégie Nationale de Transition Écologique vers un Développement Durable) – 20 janvier 2015

Ce chantier s’intéresse à l’évolution des comportements individuels et aux gouvernances qui peuvent y contribuer. Nous avons vu à l’occasion du débat national sur transition énergétique l’importance de comportements sobres. Le texte de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte a été adopté par l’Assemblée Nationale le 26 mai dernier. Il fait partie depuis févier 2015 d’un dispositif plus vaste : la stratégie nationale de transition écologique vers une développement durable.

Le concept


La Transition socio-écologique

A la suite des travaux de Hollings (1973), de Hopkins (2008) et du rapport européen « le Monde en 2025 », le Réseau International d’Intelligence Territoriale (INTI) se fonde depuis 2009 sur les concepts de transition socio-écologique et de résilience territoriale pour concevoir la dynamique du passage du développement économique, remis en cause, au développement durable, esquisse qui reste à définir.

« Ce sont les changements dans les comportements sociaux qui [y] contribueront, s’ils sont stimulés par des politiques adéquates »

Le Monde en 2025, p. 23

La transition socio-écologique ne concerne pas seulement la question énergétique, mais l’équilibre entre la protection de l’environnement, la cohésion sociale et l’efficience économique. Elle est liée au concept de résilience territoriale, de notre industrie, de notre région, par rapport aux enjeux sociétaux de la globalisation qui accroissent les disparités territoriales.

Objectifs du chantier OTSE


Le projet d’observation de la transition socio-écologique (OTSE) poursuit trois objectifs :

Réaliser un diagnostic (citoyens, responsables, acteurs) sur l’impact régional des risques sociétaux actuels au niveau de l’évolution des comportements.

Établir les spécifications techniques d’un observatoire de type « open lab », ouvert et créatif, étendant les possibilités de la méthode d’observation territoriale coopérative et participative Catalyse, issue de la recherche régionale et expérimentée dans de nombreuses initiatives en Europe et dans le monde.

Valoriser la méthode Catalyse à travers la création d’une start-up qui exploitera ces avancées.

La méthode :

La méthode 2015Les recherches conduites au niveau des outils d’observation concernent :

la numérisation des guides d’entretien et des questionnaires en ligne.
la saisie des données en ligne.
la qualification des réponses.
l’analyse quantitative et qualitative des résultats, pour améliorer leur complémentarité et leur interactivité.
des outils inédits de détermination et d’analyse des profils de répondants.
un outil inédit de suivi d’un échantillon.
une base d’indicateurs économiques et socio-écologiques, avec webmapping.
un répertoire des acteurs régionaux et des services qu’ils proposent dans les domaines de la valorisation du territoire, de la qualité du territoire, de l’équité sociale et de la protection de l’environnement.

La modélisation a été conduite avec le souci de l’accessibilité des outils à tous, tout en assurant le haut niveau de sécurité et de qualité des données indispensable aux traitements automatisés. Les prototypes ont été expérimentés d’abord avec une préenquête par entretiens, puis avec une enquête représentative par questionnaires.

Les résultats seront discutés à l’occasion d’entretiens avec des responsables territoriaux d’observatoires et de services, afin d’affiner les spécifications de la base d’indicateurs et du répertoire de services.

L’enquête représentative :

Une préenquête auprès de cent francs-comtois avait permis d’isoler les questions les plus pertinentes à partir des descripteurs des enquêtes nationales et européennes.

Une enquête représentative a été réalisée récemment sur la base d’un questionnaire réduit comportant 109 questions, les plus informatives du guide de préenquête.

Les résultats :

=> Attentifs aux produits ?

Attentif au produit

=> Informations consultées ?

Information consulté

L’analyse des données (AFC) organise les comportements, des plus responsables (à gauche sur l’axe horizontal) aux moins attentifs (à droite) et en fonction de leur qualité de vie (axe vertical).

Pour répondre à une remarque de la précédente présentation, ce sont en moyenne les citoyens dont la situation est la plus stable qui ont les comportements les plus responsable, mais la proposition n’est pas réciproque. Les jeunes, qui sont souvent les plus précaires apparaissent les moins attentifs, mais leur consommation est contrainte par le manque de revenus et les interrogations sur l’avenir.

La qualité de vie s’exprime surtout la possession de bien matériels, et ce sont les personnes dont l’état physique est dégradé qui expriment le plus d’insatisfaction vis-à-vis de leur qualité de vie.

La typologie (CAH) montre six profils de comportement différents, d’un groupe déjà important de citoyens écoresponsables convaincus (21%), aux jeunes précaires, plutôt inattentifs mais dont la consommation. Certains comportements responsables, doivent plutôt être qualifiés de raisonnables car ils sont plutôt liés à des problèmes de santé.

Les citoyens écoresponsables (21 %)  : ce sont des ménages aisés, écologiste bénéficiant d’une sécurité financière. Ils se distinguent des précédents parce qu’ils sont très attentif à leur consommation et à leur comportement. Ils sont particulièrement attachés aux marchandises produites en France ou localement.

Les ménages stables (21 %) : ce sont des couples de 30 à 40 ans avec enfants, salariés ayant une situation stable. Ils ont des diplômes et ont complété leur formation après le cursus scolaire. Ils bénéficient de revenus élevés, sont plutôt propriétaires de leur logement. Ils se déplacent en voiture mais ils préfère les ressources renouvelables pour leur chauffage. Ils utilisent Internet pour faire des achats.

Les personnes retraités raisonnables (17%) : Ce sont plutôt des personnes âgées bénéficiaires de revenus moyens. Leur comportement apparemment responsable est plutôt lié à de problème de santé ou de mobilité. C’est pourquoi nous les qualifions de raisonnables.

Les personnes sensibilisées (18%), c’est le groupe qui représente le mieux les comportements des francs-comtois : ils sont sensibilisés aux enjeux écologiques, notamment en matière de gestion des déchets, et ils ont quelques comportements responsables.

Les ménages modestes (11%) : ménages modestes dont les revenus, généralement sociaux, sont faibles. Ils sont en situation d’insécurité financière. Essentiellement attentifs au prix ils ne souhaitent pas changer leur mode de consommation.

Les jeunes précaires (12%) La classe 6 est formées de deux classes regroupée en une seule. Ce des personnes seules dont les revenus sont précaires. Ils ont des problèmes de logement. Ils utilisent les transports en commun. Une partie n’a pas le permis.

La responsabilité est plutôt liée à la stabilité et à la « qualité de vie ». Toutefois les groupes des ménages stables et des ménages écoresponsables sont clairement séparés. Le groupe des citoyens écoresponsables est plus étendu, mais il est distinct des jeunes précaires. La responsabilité n’est pas liée au niveau de formation, ni à l’accès à l’information. Il est plutôt lié à un facteur de conviction.

Profils de comportements 2

=> Le Prototype de Webmapping

Un prototype de webmapping a été élaboré pour diffuser en open data les indicateurs utiles pour la transition socio-écologique, dans les domaines économique, social et écologique.

Il s’agit d’apporter les informations publiques disponibles aux élus, aux acteurs locaux et aux citoyens, afin qu’ils puissent élaborer des projets locaux avec des données fiables qui les informent sur les potentiels locaux dans le cadre régional.

Le prototype a été établi sur la base de 826 indicateurs publics disponibles à l’échelle de la commune.

Prototype Webmapping
L’outil InstantAtlas, développé par Geowise, est une interface géomatique qui intègre des outils cartographiques et statistiques accessibles en ligne. Il peut être rapidement mis en œuvre et est ensuite accessible à tous pour consulter des données, pour les étudier ou les télécharger.

Plusieurs modes de représentation permettent de mettre en évidence des phénomènes comme la concentration des revenus d’activité en zone frontalière. On peut étudier la dispersion « naturelle » d’un indicateurs ou utiliser des outils statistiques pour avoir une représentation plus nuancée. Il est également possible d’étudier la situation d’une commune, ici Villers-le-Lac au regard de l’ensemble des indicateurs.

Nous avons recherché des indicateurs disponibles au niveau des infracommunal. Nous avons trouvé 886 qui sont publiés au niveau communal.

Il n’existe pas encore d’indicateurs publiés au niveau infracommunal.

Les indicateurs couvrent plutôt les domaines économiques et sociaux, mais très peu sont relatifs au domaine environnemental.

La plupart sont publiés avant 2012, ce qui est trop ancien au vu de l’emploi ou des menaces écologiques.

Près de la moitié ont été publiés il y a moins deux mois dans le cadre de la nouvelle stratégie de transition sociologique et dans la perspective de la conférence climatique de Paris COP21. De nouveaux indicateurs seront certainement publiés en fonction de cet événement.

Cet observatoire peut être configuré et actualisé facilement. Les indicateurs peuvent ensuite être consulté aisément par les citoyens.

=> Les spécifications Méthodologiques

La mise au point de ces prototypes a permis de développer considérablement les outils d’observation Catalyse. De nouvelles spécifications méthodologiques ont été élaborées. Elles ont fait l’objet d’une modélisation dans un langage informatique indépendant des ordinateurs, des systèmes d’exploitation et des langages de programmation. De nouveaux outils multiplateformes ont été développés en langage Java.

=> La méthode Catalyse

Méthode Catalyse


CatalyseCatalyse : Elles approfondissent la méthode Catalyse conçue en Franche-Comté en 1989 et expérimentée en Europe et dans le monde jusqu’en 2011.

Elle se fonde sur cinq principes :

– Primat des besoins des individus
– Coopération des acteurs
– Participation des citoyens
– Approche globale intégrée du territoire
– Intégration des outils


RéseauConstitution du réseau : La constitution de consortiums (ou partenariats) multisectoriels publics-privés est à la base des projets territoriaux.

Une médiation est nécessaire pour :

– Définir un objectif concerté
– Assurer l’information de tous les participants selon la méthode du cadre logique
– Coordonner la coopération dans l’action
– Organiser la participation à l’évaluation


FouilleLa Fouille des données : Nous disposons de plus en plus au niveau local d’indicateurs publics et de données libres (open data) ainsi que de données collectées par les acteurs.

La fouille de données permet de :

– Les rechercher et les extraire des bases où elle sont stockées
Sélectionner les plus pertinentes au regard de l’objectif du projet
Réunir ces dernières dans un système d’information.
– Un accompagnement informatique et statistique est indispensable.


CollecteLa collecte des données : Certaines données manquent pour élaborer le projet, le gérer et l’évaluer. Elles font l’objet d’une enquête.
Ce sont le plus souvent celles qui concernent la situation, les besoins et les opinions des usagers finaux du projet.

OTSE a permis d’actualiser le guide de diagnostic et d’évaluation Catalyse (2009) par rapport aux attentes sociétales actuelles.

C’est un modèle utile pour tous les niveaux de territoire. Il est articulé avec les indicateurs publics disponibles en France et en Europe.


QualificationLa qualification des données : Elle est indispensable pour garantir la fiabilité des résultats, alors que les données n’ont pas toujours été collectées selon un protocole rigoureux d’enquête.

Nous avons actualisé et instrumenté le bilan quantitatif global, ainsi qu’un protocole de qualification simple à mettre en œuvre.


L’analyseanalyse des données : Catalyse est basée sur l’intégration des outils d’analyse statistique quantitative, d’analyse qualitative multicritère et d’analyse spatiale dans des outils conviviaux, économiques et simples à utiliser par les acteurs. OTSE a :

– Défini un protocole d’analyse quanti-quali
– Conçu et instrumenté un outil pour simplifier la définition des profils d’usagers
– Amélioré l’intégration entre les outils statistiques et spatiaux.


InterprétationL’interprétation des résultats :  Alors que l’analyse se fonde essentiellement sur des outils statistiques pour introduire une distanciation, l’interprétation confronte les résultats de l’analyse avec les savoirs professionnels, pratiques et populaires.

C’est de cette confrontation que naissent les nouvelles idées d’action.
OTSE utilisera à cette fin des entretiens complémentaires, des focus-groupes, des tables d’échanges, des groupes de projets qui ont été modélisés.

Cette étape combine des savoir-faire en analyse, communication et médiation.


SynthèseLa synthèse des résultats : Cette nouvelle étape consiste à intégrer les résultats provenant des divers types d’analyse impliqués, et avec des outils d’évaluation (suivi du plan de travail, confrontation besoins et services, prévisions et réalisations).

Cette étape prolonge les ateliers d’interprétation.

Les données informatives sont sélectionnées et réorganisées en fonction des résultats, notamment des profils.


RestitutionLa restitution des résultats : La restitution aux acteurs, aux usagers et au « grand public » est un principe fondamental de la méthode participative Catalyse.

Elle implique un approfondissement de la synthèse et des compétences en communication institutionnelle et médiatique.

Un support de restitution publique sera produit.

La Valorisation :

 

OTSE a déjà participé à de nombreux échanges internationaux impliquant des observatoires territoriaux dans le cadre d’initiatives d’intelligence territoriale.

– La Plata : dans le cadre de l’Observatoire de Lavalleja (Uruguay) du PIO mis en place par le CONICET argentin après les inondations de La Plata, le 12 avril 2014
– Cordoba : dans le cadre des programmes Bouwer et Alva Terai
– Ourzazate : dans le cadre de l’Observatoire de la Province de Ouarzazate, CNRS-CNRST marocain
– Salerno : Pécs dans le cadre du projet H2020 SROP « Bien-être dans la société de l’information »

Start-up Acokima


La start-up Acokima
(coopérative ESS) pérennisera la méthode pour améliorer la gestion et l’évaluation des projets territoriaux publics et privés, dans les secteurs en expansion de l’économie sociale et solidaire, de l’économie verte et de l’économie circulaire. Elle accompagnera la création de dispositifs d’observation susceptibles d’aider au développement d’un territoire ou d’un projet territorial  avec des outils et des savoirs issus de la recherche.

– Rally’nov, juin 2015
– Salon d’affaires des entreprises de l’ESS, décembre 2014
– En direct, mai 2014
– Semaine économique comtoise, mai 2014
– Site national de l’Économie Sociale et Solidaire
– Initiatives RNMSH, décembre 2013

OTSE 2014

Observatoire de la Transition Socio-Écologique en Franche-Comté

Ce chantier s’intéresse à l’évolution des comportements individuels et aux gouvernances qui peuvent y contribuer. Nous avons vu à l’occasion du débat national sur transition énergétique l’importance de comportements sobres. La transition socio-écologique ne concerne pas seulement la question énergétique, mais l’équilibre entre la protection de l’environnement, la cohésion sociale et l’efficience économique. Elle est liée au concept de résilience territoriale, de notre industrie, de notre région, par rapport aux enjeux sociétaux de la globalisation qui accroissent les disparités territoriales.

Les Objectifs

Le projet d’observation de la transition socio-écologique (OTSE) poursuit trois objectifs :

– Réaliser un diagnostic (citoyens, responsables, acteurs) sur l’impact régional des risques sociétaux actuels au niveau de l’évolution des comportements.

– Établir les spécifications techniques d’un observatoire de type « open lab », ouvert et créatif, étendant les possibilités de la méthode d’observation territoriale coopérative et participative Catalyse, issue de la recherche régionale et expérimentée dans de nombreuses initiatives en Europe et dans le monde.

Valoriser la méthode Catalyse à travers la création d’une start-up qui exploitera ces avancées.

La méthode

A/ La préparation de l’enquête

La méthode 2015

Les recherches conduites au niveau des outils d’observation concernent :

la numérisation des guides d’entretien et des questionnaires en ligne
la saisie des données en ligne
la qualification des réponses
l’analyse quantitative et qualitative des résultats, pour améliorer leur complémentarité et leur interactivité
des outils inédits de détermination et d’analyse des profils de répondants
un outil inédit de suivi d’un échantillon
– une base d’indicateurs économiques et socio-écologiques, avec webmapping
un répertoire des acteurs régionaux et des services qu’ils proposent dans les domaines de la valorisation du territoire, de la qualité du territoire, de l’équité sociale et de la protection de l’environnement.

La modélisation a été conduite avec le souci de l’accessibilité des outils à tous, tout en assurant le haut niveau de sécurité et de qualité des données indispensable aux traitements automatisés.

Les prototypes ont été expérimentés d’abord avec une préenquête par entretiens, puis avec une enquête représentative par questionnaires. Les résultats seront discutés à l’occasion d’entretiens avec des responsables territoriaux d’observatoires et de services, afin d’affiner les spécifications de la base d’indicateurs et du répertoire de services.

B/ La préenquête

Une préenquête par entretiens a été réalisée dans un premier temps auprès de cent ménages franc-comtois qui ont accepté de répondre à un guide d’entretien exhaustif. Ce guide a été conçu en combinant les enquêtes et indicateurs régionaux, nationaux et européens relatifs à la perception et aux pratiques relatives au développement durable et à la transition socio-écologique. Nous avons obtenu un questionnaire très important, approchant une heure d’entretien, en raison de la disparité des comportements identifiés et de la diversité des dispositifs locaux. Cela nous a conduit à procéder à un nombre d’entretiens approfondis auprès d’un groupe plus réduit des personnes, pour réduire notre questionnaire en fonction d’une meilleure connaissance des perceptions et des comportements observés en Franche-Comté.

Cette préenquête nous a permis d’identifier des hypothèses sur les comportements et de sélectionner les informations les plus pertinentes. Elle montre clairement que les comportements sont nettement plus pertinents que les perceptions. Nous avons à présent engagé une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 400 personnes (une marge d’erreur statistique de 5%). Le résultats de cette enquête feront l’objet avec des responsables régionaux.

Les résultatsProfils des comportements

La classification met en évidence les principaux profils de réponses. La taille des groupes ne correspond pas au nombre d’individus impliqués, mais à la dispersion/concentration des caractères associés dans chaque profil de comportements.

Le profil commun rassemble les réponses les plus courantes des franc-comtois, qui se déplacent essentiellement en automobile et s’approvisionnent principalement en supermarché. Il montre une forte attention à la santé et la généralisation du tri pour le verre, les piles et les déchets verts.

Le profil des ménages aisés est relatif à des ménages dépassant la quarantaine et bénéficiant des revenus les plus importants. Il se particularise par la possession d’une maison et des équipements les plus luxueux, un meilleur niveau d’éducation, la pratique d’une activité bénévole et la satisfaction concernant leur qualité de vie. Ce profil se caractérise par un approvisionnement chez les producteurs locaux ou sur des marchés locaux.

Le profil des femmes isolées concerne essentiellement des femmes aux revenus modestes, vivant seules, sans enfant à charge, et socialement isolées, qui sont exclusivement attentives au prix des produits.

Le profil relatif aux retraités modestes se caractérise par une sobriété liée à un fort sentiment d’insécurité financière et aux problèmes de santé. Il se caractérise par les déplacements à pied, un approvisionnent exclusif en grande surface, et une utilisation plus importante des points de collecte et des déchèterie (plastique et carton).

Le profil des jeunes insouciants correspond aux réponses variées de jeunes adultes bénéficiant du meilleur niveau de formation mais auquel appartiennent les situations les plus précaires. Il est caractérisé par l’utilisation des réseaux sociaux Internet, les voyages, la pratique des activités physique, la revendication de plus de temps libre, et le souhait de déménager hors de leur commune. Ils se particularise par un approvisionnement diversifié mais particulier (marques, discounters, dépanneur, plats réchauffés, snacks, etc.). Bien informé, mais moins attentif à la consommation et il se distingue globalement par plus d’insouciance dans les pratiques.

Le profil éco-citoyen mêle des caractéristiques différentiées. Il se particularise par ses pratiques modernes et responsables, par l’utilisation d’Internet pour les démarches administrative et les achats, par une forte diversification des lieux d’approvisionnement. Il se distingue par un fort niveau d’information sur les produit, par l’attention portée aux produits écologiques (locaux, équitables, recyclables, de saison …) et par l’utilisation systématique des points de collecte et des déchetteries.

La majorité des franc-comtois interrogés sont conscients de la nécessité de faire évoluer leur comportement de consommateurs vers plus de responsabilité dans leurs pratiques. La plupart ont acquis des pratiques éco-citoyennes élémentaires, que certains ont développées par raison – en raison d’un problème de santé ou de la contrainte financière – ou par conviction. Nous devons nous assurer toutefois de la participation volontaire des plus modestes et des jeunes à cette évolution en répondant à leurs attentes en matière de cohésion sociale.

La valorisation

(La Start-up en voie de création)

La start-up Acokima accompagnera la création d’observatoires locaux pour le recueil et l’exploitation de données susceptibles d’aider au développement d’un territoire avec des outils et des savoirs issus de la recherche.

Le programme:

– En direct, mai 2014
– Semaine économique comtoise, mai 2014
– Site national de l’Économie Sociale et Solidaire
– Initiatives RNMSH, décembre 2013
– Innovatives SHS, CNRS, mai 2013