Archives par mot-clé : intelligence territoriale

INTI17-Bejaia, Appel à Communication

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Laboratoire Economie & Développement Bejaia
Laboratoire Economie & Développement Bejaia
Université A. Mira de Bejaia
Faculté des Sciences Economiques, Commerciales et des Sciences de Gestion
Laboratoire Economie & Développement

Université A. Mira de Bejaia, Faculté des Sciences Economiques, Commerciales et des Sciences de Gestion
Université A. Mira de Bejaia, Faculté des Sciences Economiques, Commerciales et des Sciences de Gestion

Appel à communication

==> Téléchargez le document complet – Download the call :
Bejaia2017-170626-AppelACommunication

Colloque International
d’Intelligence Territoriale

 Ressources, déchets et territoires en Économie Sociale et Solidaire :
« Valoriser le territoire et améliorer sa qualité au moyen de la gestion des déchets et de l’Économie circulaire»

Bejaia (Algérie)

Les 14 et 15 Novembre 2017

 INTI17-Bejaia

Est déchet « toute substance ou tout objet dont le détenteur se défait ou dont il a l’intention ou l’obligation de se défaire» (directive européenne du 18 mars 1991). On distingue généralement les déchets ménagers provenant de la vie quotidienne, d’entreprises issues des activités économiques, toxiques, inertes, agricoles, d’activités de soins, nucléaires, etc.

La gestion des déchets concerne la collecte, le transport, le traitement, la réutilisation ou l’élimination des déchets produits par l’activité humaine. Elle vise généralement à réduire leurs effets sur la santé, sur l’environnement et sur l’esthétique du paysage. On se préoccupe plus à présent la réduction de l’effet des déchets sur la nature et de la valorisation des déchets.

La gestion des déchets s’intègre dans le cadre de l’économie circulaire qui participe au développement durable. Elle répond en fait à un principe économique élémentaire : ne pas gaspiller les ressources, les valoriser. Il aurait pu être appliqué dès la massification de l’industrialisation, et des modes de consommation, dès le 18e siècle.

En fait le modèle qui a prévalu depuis les débuts de l’économie capitaliste repose sur la conception de ressources naturelles abondantes et sur un schéma linéaire : Matières premières extraites > production > consommation > déchets.

Ce fondement de la société de consommation trouve aujourd’hui ses limites face aux défis environnementaux, d’emploi et de l’augmentation de la population mondiale. Nos prélèvements sur les ressources naturelles dépassent déjà largement la biocapacité de la terre, c’est-à-dire sa capacité à régénérer les ressources renouvelables, à fournir des ressources non renouvelables et à absorber les déchets.

L’économie circulaire est un concept économique dont la finalité est de produire des biens et services tout en limitant fortement la consommation et le gaspillage des sources d’énergie non renouvelables et des matières premières. Elle propose une écologie industrielle sobre en carbone et en énergie, d’une part, et en ressources naturelles pas, peu, difficilement, lentement ou coûteusement renouvelables, d’autre part.

Le concept a été proposé en 2002 dans l’ouvrage « Du berceau au berceau » par deux chercheurs, le chimiste (allemand) Michael Braungart et de l’architecte et designer (américain) William MacDonough, dans une logique écologique qui considère le cycle de vie complet d’un produit, de sa création avec des matériaux durables jusqu’à une à nouvelle vie après son recyclage. Elle a été popularisée parmi les écologistes et les médias à l’occasion du Grenelle de l’Environnement (2007). Le premier ouvrage francophone « Économie circulaire : l’Urgence écologique » a été publié en 2009 par J.-Cl. Lévy. La fondation Ellen MacArthur contribue à diffuser le concept depuis 2010 avec la publication d’un rapport annuel. Elle distingue le cycle des nutriments biologiques et celui des nutriments techniques.

Schéma Economie Circulaire
Schéma Economie Circulaire

Toutefois, l’expression « économie circulaire » n’est pas stabilisée. Elle ne figure pas dans la feuille de route de la transition écologique.

Son objectif ultime est de parvenir à découpler la croissance économique de l’épuisement des ressources naturelles par la création de produits, services, modèles d’affaires et politiques publiques innovants. Il s’agit par exemple de rallonger les flux de matières (réemploi, recyclage) et de produits (écoconception sans toxique ni obsolescence programmée, réparation, réutilisation puis recyclage) tout au long de la vie du produit ou service.

L’économie circulaire est fondée sur l’écoconception des produits et des services qui anticipent les vies des composants des produits et des services afin de faciliter leur réparation d’abord, leur réutilisation ensuite et leur recyclage enfin au meilleur coût.

L’économie circulaire constitue un secteur prometteur de développement de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) dans les territoires. C’est l’opportunité pour l’intelligence territoriale de repenser la dimension économique du développement durable et la gouvernance locale.

L’ESS s’inscrit dans la logique du développement économique durable avec la capacité d’intégrer les notions d’économie verte, d’économie de l’usage, d’économie de la fonctionnalité, de l’économie de la performance et de l’écologie industrielle, entre autres propositions dont la synthèse reste à opérer.

La gestion des déchets implique la gouvernance locale car elle est généralement placée sous la responsabilité des citoyens, des entreprises et des autorités locales.

Elle invite également à la coopération entre les acteurs sur les territoires. Elle contribue à redynamiser le développement économique local. Elle favorise la synergie au sein du tissu industriel : les déchets des uns sont les ressources des autres. Elle dynamise une économie relocalisée créatrice d’emploi, source de valeur économique et sociétale. Elle favorise la réduction de la surconsommation et la consommation collaborative.

Cette valorisation suppose une transition socio-écologique du développement économique actuel, vers le développement durable. Cette transition se fonde avant tout sur un changement des comportements publics et privés, des entreprises, des administrations et des consommateurs. Elle intègre les objectifs sociaux et environnementaux du développement durable, avec les objectifs économiques, selon un agenda répondant aux aménités et aux enjeux d’un territoire donné, selon une gouvernance participative. Le groupe de recherche d’INTI a depuis 2009 développé le concept de transition socio-écologique, notamment au sein du Groupe de Recherche International en Intelligence Territoriale.

Béjaia, au contact de la nature
Béjaia, au contact de la nature

Thèmes du séminaire :

  1. Gestion des déchets et qualité de la vie dans les territoires.
  2. Transition socio-écologique dans les territoires.
  3. Economie Sociale et Solidaire (ESS) et valorisation des territoires fragiles.
  4. Retombées économiques, sociales et environnementales de la gestion durable des déchets.
  5. Approches concertées et communication pour une gestion intégrée de la propreté entre population, puissance publique et opérateurs privés.

 

Comité du programme

Présidents d’honneur :

  • Pr SAIDANI Boualem, Recteur de l’université de Bejaia
  • Pr OUKACI Kamel, Doyen de la Faculté SEGC de Bejaia

Président du Colloque :

  • Hachemaoui Bahidjeddine, Université de Bejaia

Comité scientifique

  • AITSIDHOUM Houria, Maître de Conférences B en Economie, Université de Béjaia, (Algérie)
  • AZEKAK Tarek, Maître de Conférences B en Marketing, Université de Béjaia, (Algérie)
  • BELLACHE Youghourta, Maître de conférences A en Économie, Université de Béjaia, (Algérie)
  • BELLATAF Matouk, Professeur d’Économie, Université de Bejaia (Algérie)
  • BOUKRIF Moussa, Professeur d’Économie, université de Bejaia (Algérie)
  • BOUMOULA Samir, Maître de conférences A en Économie, université de Bejaia, (Algérie)
  • BOZZANO Horacio, Professeur de géographie, Université de La Plata (Argentine)
  • CHABI Tayeb, Maître de conférences A en Économie, Université de Béjaia, (Algérie)
  • DEVILLET Guénaël, Maître de Conférences en Géographie, Université de Liège (Belgique)
  • GHIDOUCHE Faouzi, Maître de Conférences A en Sciences de gestion, HEC Alger, (Algérie)
  • GIRARDOT Jean-Jacques, Maître de conférences honoraire en Economie, Université de Bourgogne Franche-Comté (France)
  • HACHEMAOUI Bahidjeddine, Maitre-assistant en Économie, Université de Bejaia, (Algérie)
  • HADDAD Zahir, Professeur d’informatique, Université de Béjaia, (Algérie)
  • IFOURAH Houcine, Maître de Conférences A en Sciences de gestion, Université de Béjaia, (Algérie)
  • KHALADI Mokhtar, Professeur d’Économie, université de Bejaia (Algérie)
  • KHERBACHI Hamid, Professeur d’Économie, Université de Béjaia, (Algérie)
  • MASSELOT Cyril, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Bourgogne Franche-Comté (France)
  • MERRAH Aissa, Maitre de conférences A en communication, Université de Bejaia
  • MERZOUG Slimane, Maître de Conférences B en Economie, Université de Béjaia, (Algérie)
  • MIEDES UGARTE Blanca, Professeur d’Économie Appliquée, Université de Huelva (Espagne)
  • MOUHOUBI Aissa, Maître de Conférences A en sciences économiques, Université de Béjaia, (Algérie)
  • NEMERI-YAICI Farida, Maître de conférences A en Économie, Université de Béjaia, (Algérie)
  • ORMAUX Serge, Professeur de Géographie, Université de Bourgogne Franche-Comté (France)
  • OUDADA Mohamed, Professeur habilité de géographie, Université Ibn Zohr d’Agadir (Maroc)
  • OUKACI Kamel, Professeur d’Économie, Université de Béjaia, (Algérie)
  • TALEB Nacer, Maître de Conférences B en Economie, Université de Béjaia, (Algérie)
  • TRUDA Giovanna, Chercheur en Sociologie, Université de Salerne (Italie)
  • WOLOSZYN Philippe, Chercheur CNRS, Architecture, Laboratoire Passages, Université de Bordeau-Montaigne (France)
  • YAICI Farid, Professeur d’Économie, université de Bejaia (Algérie)
  • ZEGAGH Ali, Maître de Conférences A en Economie, Université de Béjaia, (Algérie)

Comité d’organisation :

·      Bahidjeddine Hachemaoui

·      Malek Hamamouche

·      Rachid Boughiden

·      MalekAmghar

·      Moussa Boukrif

·      Slimane Merzoug

·      RedoaneHenniche

·      Mohamed Sadou

·      Tayeb Chabi

 

·      Hocine Ifourah

·      NesreddineBenacer

·      Brahim Foudi

·      Aimad Belkhiri

·      Karim Khider

·      Lounis Aoudia

·      Bensmail Salem

·      Arezki Akerkar

 

Calendrier :

26 juin : envoi de l’appel à communication

17 juillet : date limite de réception des propositions de communications

31 juillet : avis du comité scientifique sur l’acceptation des propositions de communication

20 septembre : réception des papiers complets

14-15 Novembre : tenue du colloque

Fin décembre : Publication

 

Conditions de communications

Les propositions de communication se font sous la forme d’un résumé de 400 mots maximum en français ou en arabe, et systématiquement en anglais adressé à : bejaiait2017@gmail.com en indiquant au début :

  • Le titre
  • L’(ou les) auteur(es) et leurs coordonnées professionnelles,
  • La thématique concernée : A, B, C, D ou E, Les textes des communications doivent être accompagnés de deux résumés avec les mots clés, le premier en anglais, le second dans la langue de publication.
  • La langue dans laquelle sera présentée la communication lors du colloque

Les textes doivent être en fichier Word, police « Simplified arabic », taille 16 pour les textes en arabe et police « Times New Roman », taille 12 pour les textes en français ou en anglais, interlignes simples.

Les articles (papiers complets) doivent respecter les normes de la feuille de style des articles de la collection INTI HAL-SHS http://inti.hypotheses.org/497

Le nombre de pages de la communication est de 07 maximum, en plus de la première page de présentation.

Les langues officielles de présentation sont le français, l’arabe ou l’anglais. Un résumé en anglais est obligatoire sur la première page de présentation.

Les frais de participation sont fixés à 5000 DA.

è Les conditions d’inscription seront indiquées ultérieurement sur le site inti.hypotheses.org

La prise en charge concernera uniquement le déjeuner et les pauses café pour un seul communicant. Les frais d’hébergement et de déplacement sont à la charge des participants.

Les communications acceptées feront l’objet d’une publication écrite en ligne dans la collection INTI de HAL-SHS et dans les actes du colloque.

Les meilleures, sélectionnées par le comité scientifique, seront publiées dans la revue d’économie et de gestion de la faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion de l’université de Bejaia.

 

Programme prévisionnel

13 novembre 2017 : 16h00 Réunion du comité de pilotage INTI & GDRI INTI : Vers un Groupe International de Recherche « Intelligence Collective et Territoires Innovants» et un projet Maghreb.

14 et 15 novembre : Tenue du colloque

Journée du 14 :

9h00-9h45h : Ouverture du colloque

10h00-10h45 : Séminaire introductif

10h45-11h00 : Pause-café

11h-13h : atelier A et B

13h-14h30 : déjeuner

15h-17h : atelier C et D

Journée du 15 :

9h 11h : atelier E

11h00-11h30 : Pause-café

11h30 12h30 : débat et clôture

13h14h30 : déjeuner

15h00 : Visite de terrain

Méthode Catalyse : Outils de diagnostic, d’évaluation et d’observation accessibles aux acteurs locaux du développement territorial durable

Focus-Catalyse-Oct-2007La méthode Catalyse propose des outils de diagnostic, d’évaluation et d’observation accessibles aux acteurs locaux du développement territorial durable. Ces outils sont utiles pour élaborer des projets de développement pertinents, pour gérer efficacement ces projets, puis pour les évaluer et pour apprécier leur impact.

Destinés aux acteurs du développement durable, ces outils respectent et favorisent les principes de participation, d’approche globale et de partenariat. Ils facilitent la mobilisation de partenariats de développement constitués de professionnels travaillant dans des services publics, des organismes privés et de bénévoles actifs dans des associations. Ils garantissent une animation participative du partenariat.

Pour réaliser des outils accessibles et utiles aux acteurs, Catalyse adapte des méthodes fondamentales et des instruments génériques de large applicabilité. Ce sont des méthodes d’analyse statistique et spatiale des données, des protocoles de gestion de projet et d’évaluation, des bases de connaissances, des systèmes d’édition scientifique et technique, des systèmes d’information géographiques, qui utilisent les technologies de l’information et de la communication. Catalyse utilise notamment les logiciels conviviaux conçus pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qui ont été réalisés par

l’équipe de recherche en intelligence territoriale de ThéMA :

  • Le logiciel Pragma de dépouillement quantitatif d’enquêtes ;
  • Les logiciels Anaconda et Nuage d’analyse qualitative des données, qui combinent analyse factorielle des correspondances et classification ascendante hiérarchique ;
  • Le système d’information territorial Sitra, conçu en partenariat avec le Laboratoire d’Informatique de l’université de Franche-Comté.

La méthode Catalyse confronte trois types d’informations et utilise à cette fin trois séries d’outils, selon le schéma suivant :

  • Le logiciel Pragma de dépouillement quantitatif d’enquêtes ;
  • Les logiciels Anaconda et Nuage d’analyse qualitative des données, qui combinent analyse factorielle des correspondances et classification ascendante hiérarchique ;
  • Le système d’information territorial Sitra, conçu en partenariat avec le Laboratoire d’Informatique de l’université de Franche-Comté.

La méthode Catalyse confronte trois types d’informations et utilise à cette fin trois séries d’outils, selon le schéma suivant :

Schéma-de-la-méthode-Catalyse

Methode Catalyse : Les zones grises font référence à des outils fondamentaux

1. Les outils de diagnostic et d’évaluation mutualisent et traitent les informations individuelles multisectorielles pour définir des profils de besoins et pour en mesurer l’importance, afin de proposer les services adaptés à ces besoins. Les mêmes outils servent ensuite pour évaluer les actions qui délivrent des services aux personnes. Ces outils sont les suivants :

  • Le guide de diagnostic et d’évaluation recueille les informations individuelles selon une approche multisectorielle. Ce guide est divisé en thèmes comportant plusieurs questions. Pour faciliter l’exploitation du guide, chaque question est rédigée sous forme fermée, elle propose le choix entre plusieurs modalités de réponse.

  • Une version spécifique du logiciel PRAGMA calcule des tableaux de bord quantitatifs.

  • Les logiciels d’analyse qualitative multicritère ANACONDA et NUAGE établissent une typologie des personnes en fonction de leurs profils de besoins.

2. Le répertoire de services est une base de données actualisable et consultable en ligne. Il inventorie les services aux personnes accessibles aux habitants du territoire. Chaque service est décrit grâce à un formulaire dont les contenus sont structurés, comme pour le guide, en thèmes, descripteurs et modalités. La correspondance entre les questions du guide et les descripteurs du répertoire permet la comparaison entre les besoins diagnostiqués et les services inventoriés. Cette confrontation entre demande et offre permet d’évaluer la pertinence des services existants et d’identifier les services manquants, de façon à adapter l’offre de services aux besoins exprimés.

3. Le système d’indicateurs territoriaux intègre une sélection d’informations à caractère socio-économique décrivant le territoire et la communauté territoriale. Ces données sont constituées et fournies par les services statistiques d’institutions spécialisées. Certains indicateurs sont accessibles en ligne. Le système d’indicateurs territoriaux édite des cartes de besoins, de services et d’indicateurs territoriaux. Elles permettent de comparer la répartition territoriale des besoins avec celle des services et, éventuellement, avec les indicateurs territoriaux, pour optimiser la localisation des services.

Les logiciels Pragma et Anaconda peuvent également être utilisés pour analyser les services et les indicateurs contextuels, quantitativement et qualitativement.

Catalyse propose également une gouvernance participative des partenariats de développement durable.

Méthode-Catalyse-Gouvernance

Méthode Catalyse : gouvernance participative des partenariats de développement durable

Les acteurs constituant le partenariat de développement sont réunis dans un groupe opérationnel. Il définit l’ensemble des données utiles, supervise les analyses et interprète les résultats. Il élabore le guide multisectoriel de diagnostic et d’évaluation, le répertoire de services et opère la sélection des indicateurs territoriaux cohérents avec le guide. Il actualise régulièrement les documents ou les bases de données. Les partenaires collectent les données et les partagent pour l’analyse. Un diagnostic qualitatif identifie les principaux profils de besoins alors que les tris quantitatifs estiment l’importance des groupes d’individus correspondants.

Les acteurs participent ensuite à l’interprétation des résultats au sein d’ateliers thématiques définis et constitués en fonctions des profils de besoins. Les ateliers confrontent les besoins mis en évidence par le diagnostic avec le répertoire des services pour identifier les lacunes et les inadaptations de l’offre de services par rapport aux besoins. Ils comparent encore la distribution territoriale des besoins avec celle des services. Ils confrontent les résultats aux indicateurs territoriaux pour exploiter les potentialités du territoire et pour tenir compte de ses contraintes. Cette démarche d’observation débouche sur des projets, qui sont élaborés dans les groupes de projet. Elle permet ensuite d’évaluer régulièrement les actions réalisées. Le partenariat assure également la publication des résultats, d’abord sur un site extranet destiné aux partenaires, puis sur un site Internet public. La réalisation du diagnostic, sa répétition régulière, la constitution et l’actualisation permanente du répertoire et des indicateurs contextuels alimentent un système d’information partagé et participatif.

Des systèmes d’observation et d’évaluation sont actuellement réalisés dans le cadre de programmes EQUAL, en Franche-Comté avec plusieurs organismes (ADAPEI, MEDIACTION, Jardins de COCAGNE) qui conduisent des actions d’insertion socioprofessionnelle.

L’harmonisation des observatoires européens Catalyse s’est effectuée de 2006 à 2009 dans le cadre de la caENTI.

La méthode et les outils sont maintenant développés et disséminés par la Scop Acokima.