Marne2012: Annonce

http://www.toilef1.com/site/image/drapeaux/gb.png Conference
http://www.toilef1.com/site/image/drapeaux/es.png Conferencia

La conférence de Salerno a approfondi l’analyse des notions de transition et de résilience territoriale. Elle a engagé la conception de deux nouveaux outils dans le cadre de la méthode Catalyse : le diagnostic territorial participatif de résilience et l’agenda territorial participatif de transition.

Rob Hopkins utilise le terme de transition dans le « Transition Handbook » en 2008 pour décrire une approche positive de l’inévitable processus de descente énergétique face aux enjeux traumatisant du pic pétrolier et du changement climatique. En 2009, la Commission européenne a suggéré dans “Le Monde en 2025” de saisir face à ces enjeux l’opportunité d’une transition socio-écologique vers le développement durable.

Le projet newLiFE de ENTI a proposé début 2010 que la transition constitue une voie alternative concrète du développement économique en crise vers un développement basé sur le bien-être de chacun et de tous (selon le concept du Conseil de l’Europe).

Depuis différentes conceptions de la transition se sont multipliées comme la transition “économique et écologique” de C. ANSPERGER, ou la transition fondée sur la gouvernance latérale, selon J. RIFKIN.
Nous risquons une définition de la transition qui n’est certainement pas encore aboutie : le concept de transition se réfère à l’opportunité d’une co-construction d’un changement graduel, rationnel, transparent et pacifique, mais radical, contre le risque d’une voie autoritaire.

Hopkins a introduit la résilience d’un territoire comme le concept clé de la transition. Nous définissons la résilience d’un territoire comme la capacité de la communauté territoriale à poursuivre son développement d’une façon positive, en le co-construisant contre des chocs externes qui pourraient augmenter sa vulnérabilité, voire remettre en question son existence.

Le diagnostic territorial participatif de résilience invite les personnes qui constituent la communauté territoriale à identifier les capacités de résilience du territoire pour en faire des atouts et les risques de défaut de résilience afin de les prévenir. L’agenda territorial participatif de transition prévoit alors les phases et étapes selon lesquelles le territoire peut évoluer vers le développement durable.
Ils seront nécessairement différents selon les territoires, mais ils doivent contribuer à un agenda planétaire. A ce niveau les agendas proposés par les experts sont très variables.

Un agenda croisé de recherche doit également être défini pour contribuer à la définition des connaissances, méthodes scientifiques et informations utiles à la définition des agendas de transition.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.