Marne2012: Compte-Rendu de Synthèse [09/07/12]

ELEMENTS DE COMPTE-RENDU DE SYNTHESE
MARNE-LA-VALLEE, LUNDI 09 JUILLET 12

1/ Les ateliers de l’après-midi de l’école d’été Inti sont regroupés en un seul groupe de travail.
2/ Deux questions seront abordées : la « modélisation Eso » et la prise en compte du concept de résilience dans le modèle

La « modélisation Eso »

L’expression est choisie par référence à la communication de Ph. Woloszyn présentée à Salerno. L’atelier reprend l’exposé et la logique générale qu’il adopte et se fixe pour objectif de compléter et raffiner ce modèle.

Capture5

Les fondements de ce modèle sont la combinaison de :

  • Les trois piliers du développement durable : l’économique, le socio-culturel et l’écologique.Les trois dimensions d’une théorie générale de l’entropie ou « énergie sociale généralisée » : la capacitance, la conductance et l’inductance.

On remarque que cette généralisation est plus qu’une extension analogique d’un domaine à un autre – c.-à-d. de la machine à la société. L’introduction de l’inductance supplémente la capacitance (notion de stock) et la conductance (notion de flux) en ce sens qu’elle prend en compte le pouvoir de transformation des systèmes par l’effet même de leur fonctionnement dans le temps (on retrouve l’autopoïèse de Humberto Maturana et Francisco Varela). C’est un changement de paradigme qui nous fait passer d’une théorie thermodynamique des systèmes mécaniques (fermés) à des systèmes vivants (ouverts). La rétroaction, clé de la stabilité des systèmes fermés, est prise ici comme source de leur évolution.

Il résulte de cette réflexion un tableau à double entrée (Figure 2 : Représentation des principaux concepts de l’intelligence territoriale dans l’espace entropie * développement durable) que le groupe propose ainsi qu’un schéma de synthèse indiquant la flèche du temps comme une spirale d’évolution des situations instantanées successives.

Capture6Capture7Les points suivants sont soulevés en vue d’un approfondissement ultérieur.

  • Prise en compte de la temporalité, voire des temporalités (constantes de temps) spécifiques à chacun des piliers E-S-O (Economique/Social/écologique (Organique)).
  • Définition précise des termes adoptés dans le modèle
  • Etude des modes et limites des transferts analogiques entre résilience physique, résilience psychologique et résilience des organisations.
  • Mise en œuvre dans ce modèle de l’approche Catalyse, et du principe de catalyse qui sont un des fondamentaux de l’intelligence territoriale.
  • Recadrage de la notion de confiance en soi ou d’auto-défiance (dissonance cognitive) dans le bouclage entre dimension cinétique (Inductance) et dimension potentielle (Capacitance) du système.
  • Penser ce rebouclage dans le cadre du système ouvert (fonction externalisante).
  • Définition du mode de définition et d’implémentation de la finalité téléologique (tension vers un but) du modèle. Quels buts à assigner ? (progrès) Quels critères à adopter ? Quelles dimensions solliciter ?

Problématique de la résilience

Il est rappelé que la résilience est un concept de la physique qui est entré dans le champ des sciences sociales par le canal de la psychologie et de la psychanalyse.
Il est associé à la notion de choc.
Il peut être pris en compte dans l’intelligence territoriale par référence à la vulnérabilité des territoires.
L’émergence de la résilience combine les propriétés intrinsèques de l’individu à des points d’appui de l’environnement. Pour être opérationnel, ce concept associe donc nécessairement un choc externe OU interne (trauma) à deux fonctions, endogène (capacitance individuelle ou collective) et exogène (information externalisée = relationnel entre le système et son environnement : aide extérieure ou « capacité de distanciation »= regard extérieur du système traumatisé).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.