Discours d’accueil – Welcome speech: Manuel Zacklad, Directeur du Laboratoire DICEN

M. Zacklad, Full professor of Information and Communication Science, Directeur du Laboratoire DICEN Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère Numérique, Conservatoire National des Arts et Métiers, France

Bienvenue au CNAM – institution de formation tout au long de la vie – déploiement sur tout le territoire

Bienvenue au DICEN-IDF – unité en SIC qui regroupe des équipes du CNAM, de Paris-Est (IFIS) et de Paris-Ouest

Lien entre intelligence territoriale et villes intelligentes : du paradigme de la représentation à celui du faire

La problématique de la ville intelligente est largement « polluée » par les discours d’escorte des offreurs de logiciels. Elle est dominée par le paradigme de la représentation comme support à la décision. Il faut représenter la ville pour les décideurs : flux, trafic, pollution, fluides (eaux, réseau, électricité…), etc. La vision des offreurs de technologie (par exemple, la société IBM) est que la ville intelligente se résume à un tableau de bord géant destiné aux responsables politiques. C’est une approche techno-centrée guidée par le croisement des technologies, des SIG et du décisionnel enrichie par le « Big Data ». Selon cette approche, la problématique de « l’intelligence » est issue du monde du renseignement, de la planification administrative, de la stratégie des entreprises ou du marketing…

Il faut inverser la perspective : il faut mettre en avant un faire « intelligent », qui relève d’une intelligence collective, avant tout collaborative. Ce n’est pas n’importe quelle intelligence collective, c’est une intelligence collective qui révèle l’existence de communs, pas celle de la compétition effrénée…

Voici quelques exemples de « faire » qui sont évoqués dans les projets de ville intelligence (cf. l’article de Valérie Peugeot dans le livre Devenir Urbain (Carmes & Noyer).

  • Le mouvement des « Villes en transition », résilience face à la crise énergétique
  • Le mouvement des « Commoners » qui se bat pour la défense des communs
  • Le mouvement des tiers lieux (co-working space, fab lab…)
  • Les mouvements de consommation collaborative

C’est sur la base de ces pratiques, de ce « faire », qu’il faut envisager les représentations. Les cartes de l’intelligence collaborative doivent toujours répondre au besoin d’acteurs engagés dans des pratiques collectives, pour répondre à un besoin de réflexivité, d’évaluation et d’apprentissage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.