Salerno2009

salerno 2009

Cette manifestation sera la septième conference internationale annuelle d’intelligence territoriale. La première à Besançon en 2002 a été l’occasion de la constitution du Réseau Européen d’Intelligence Territoriale à partir du réseau utilisateurs de la méthode Catalyse qui s’était progressivement constitué en Europe depuis les années 90. Trois conférences ont eu lieu avant l’action de coordination du réseau européen d’intelligence européen, soutenue par le 6e Programme Cadre de Recherche et de Développement Technologique de l’Union Européenne, dans la thématique « Citoyenneté et gouvernance dans la société de la connaissance » de mars 2006 à février 2009. Trois conférences internationales ont eu lieu dans le cadre de la caENTI à Alba Iulia (Roumanie, 2006), Huelva (Espagne, 2007) et Besançon (France, 2008).

La conférence de Salerno, du 4 au 7 novembre 2009, correspond à un renouveau du réseau ENTI. Le succès de la conférence de Besançon, avec 250 participants appartenant à 22 pays différents, dont la moitié de participants extérieurs à la caENTI et 30 extérieurs à l’Union Européenne, a manifesté la volonté de pérenniser et de développer les acquis de la caENTI en proposant une projet de réseau d’excellence à l’occasion du prochain appel à projet du 7e programme cadre de recherche de l’Union Européenne. Ce sera notamment le temps fort pour discuter et enrichir les axes de recherche résultant de la caeNTI : l’information territoriale pour le développement durable et la gouvernance territoriale équitable.

La conférence de Salerno abordera un thème nouveau, dont l’importance n’a cessé de croître ces dernières années : la place de la culture dans le développement territorial durable.

La caENTI a progressivement défini l’intelligence territoriale comme la science dont l’objet est le développement durable des territoires et dont le sujet est la communauté territoriale. Elle met en relation les connaissances pluridisciplinaires sur les territoires et sur leurs dynamiques.

Elle renforce les capacités des communautés territoriales de maîtriser leur développement de façon équitable et durable. Elle améliore le partage de l’information territoriale et diffuse ses méthodes et ses outils d’analyse, grâce aux technologies de l’information et de la communication.

Elle valorise la gouvernance, les modes de décision et les pratiques partenariats et participatives, la recherche-action qui contribuent au développement équitable et durable de la communauté territoriale.

Elle ambitionne à ce titre de réaliser pour, avec et par les acteurs territoriaux des outils qui leur permettent d’élaborer, de gérer et d’évaluer des projets partenariat et participatifs de développement durable des territoires.

State of the art of territorial intelligence

L’intelligence territoriale est un concept émergent et fortement polysémique qui s’efforce de répondre aux profonds changements auxquels notre planète et nos territoires sont confrontés depuis le milieu des années 1975. Ces mutations résultent de la conjonction du passage de l’économie industrielle à la société de la connaissance, de l’épuisement des énergies fossiles et de la prise en compte des déséquilibres écologiques majeurs. Elles remettent en cause à la fois les déséquilibres sociaux et territoriaux sur notre planète, le modèle de développement exclusivement économique, et la gouvernance des territoires.

Face à la diversité des conceptions, ENTI n’a pas cherché une définition exhaustive de l’intelligence territoriale, mais plutôt à proposer une définition répondant à ces enjeux et situant les objectifs du réseau par rapport à d’autres acceptions et à des concepts voisins. Notre conception distingue principalement l’intelligence territoriale de l’intelligence économique et du concept anglo-saxon de développement communautaire.

Elle ne confond pas le territoire avec produit, un marché ou une entreprise. A côté de l’économie, elle fait une place au social, à l’environnement et à la culture. Elle intègre les bénéfices et les coûts sociaux, environnementaux et culturels dans le budget d’un projet. Elle fait une place à la coopération comme régulateur de la concurrence.

Comme le développement communautaire, elle “fait référence à des changements volontaires dans, par et pour la communauté.” [SANDU, 2005]. Elle se fonde toutefois sur l’usage des technologies de l’information indispensable pour partager l’information et pour travailler de façon coopérative.

La conférence sera l’occasion d’approfondir cette analyse et de la confronter avec d’autres approches, y compris contradictoires. Elle doit permettre de situer l’intelligence territoriale par rapport à d’autres concepts proches, comme le développement durable ou le co-développement. Elle renchérira l’état de l’art de l’intelligence territoriale en matière de recherche et de pratiques à l’échelle planétaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.