Liège2005

Le Réseau Européen d’Intelligence Territoriale

Le Réseau Européen d’Intelligence Territoriale est un réseau de recherche fondamentale et appliquée, constitué de chercheurs universitaires et d’acteurs territoriaux.

Il a pour objectif d’intégrer à l’échelle européenne les équipes de recherche et les acteurs territoriaux qui participent à l’émergence de l’intelligence territoriale. Ce concept émergent désigne l’ensemble des connaissances pluridisciplinaires qui contribuent à la compréhension des structures et des dynamiques territoriales et qui sont utiles pour développer des instruments accessibles aux acteurs du développement durable des territoires.

Santé, bien-être et inclusion sociale

Le déclin de l’activité industrielle qui a fait la richesse de la région liégeoise depuis le 19ème siècle nécessite une reconversion. Elle doit répondre à une double dualisation, spatiale d’une part, et sociale de l’autre, qui se traduit par le déclin de certains territoires, l’accroissement des inégalités de répartition, la précarité et l’exclusion.

Le bien-être occupent une place essentielle dans cette politique de reconversion et de lutte contre la pauvreté, au même titre que la cohésion sociale, la croissance économique, la santé et le respect de l’environnement car il s’agit d’aspects indissociables d’un développement durable authentique.

La thématique générale se décline en deux sous-thématiques :

1. Gouvernance des territoires et bien-être des populations.

Le concept de territoire a évolué fortement au cours des dernières années. D’abord conçu comme un simple réceptacle des activités humaines ou une circonscription administrative, il est perçu aujourd’hui comme une construction des acteurs où s’entrecroisent, dans un cadre géographiquement et historiquement circonscrit, des relations à la fois économiques, sociales, culturelles, politiques et symboliques. C’est dire que même s’il peut être vécu et appréhendé à des niveaux d’échelle différents, c’est d’abord au niveau local que s’identifient les communautés humaines et dans lequel elles inscrivent leur devenir. Dés lors que les actions sectorielles et verticales ont montré leurs limites pour aborder les problèmes rencontrés par les populations, le local apparaît comme l’échelle d’action efficace car c’est à ce niveau qu’il est possible de mettre en œuvre les solutions globales, intersectorielles et participatives qui sont préconisées par les stratégies nationales et européennes en raison de la complexité des phénomènes d’exclusion et de pauvreté.

Cette évolution se traduit par l’adoption de principes de bonne gouvernance dont l’objectif est d’améliorer le rapport entre gouvernants et gouvernés, notamment en développant la participation des citoyens, le partenariat des acteurs locaux (habitants, intervenants, décideurs, experts) et l’évaluation des politiques mises en place.

2.2. Les outils pour les acteurs territoriaux et inclusion sociale

Progressivement, la gestion des territoires et l’inclusion sociale deviennent également des compétences infrarégionales (à l’échelle communale ou intercommunale): dans le même temps que la centralisation de la politique européenne se dessine, les pouvoirs locaux et les acteurs territoriaux sont davantage chargés de la traduction concrète de cette politique auprès du citoyen.

Cela suppose de leur part une connaissance préalable des composantes démographiques, économiques, sociales, sanitaires, culturelles et urbanistiques des territoires dont ils ont la charge, avec une attention plus particulière aux facteurs déterminants de la pauvreté et de l’exclusion sociale. De plus, la mise en œuvre des principes de bonne gouvernance – la participation des citoyens, le partenariat des acteurs locaux et l’évaluation des politiques mises en place – nécessite le recours à des méthodes et des outils spécifiques.

Or, si des méthodes et des outils adaptés sont bien disponibles pour les administrations nationales et régionales, en revanche, les pouvoirs locaux et les acteurs territoriaux disposent rarement d’outils simples et économiques pour identifier les problèmes prioritaires, élaborer des projets, gérer les actions, en évaluer l’impact et en suivre les effets dans le temps. C’est pourquoi il existe une forte demande des acteurs locaux dans ce domaine. Cependant, le développement de ces instruments implique une association étroite entre les équipes universitaires de recherche fondamentale et technologique et les acteurs territoriaux pour les élaborer, les expérimenter et les évaluer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.