Besançon2008

La sixième conférence internationale annuelle d’Intelligence Territoriale s’est tenue à Besançon (France), du 15 au 18 octobre 2008, sur le thème des “Outils et méthodes de l’Intelligence Territoriale”. Après les conférences d’Alba Iulia (Roumanie) sur le développement territorial, et de Huelva (Espagne) consacrée à la gouvernance, ce fut la troisième conférence annuelle organisée par la caENTI, Action de Coordination du Réseau Européen d’Intelligence Territoriale.

Thématique générale et thèmes de communication

A. Les outils d’intelligence territoriale pour et par les acteurs du développement durable.

B. Les méthodes scientifiques et les outils génériques d’observation spatiale et d’analyse de l’information territoriale
C. L’évolution du concept d’intelligence territoriale

THEMATIQUE GENERALE ET THEMES DE COMMUNICATION

L’intelligence territoriale est née dans la société de l’information, dont elle utilise les technologies et les outils. Elle partage également les préoccupations du développement durable, dont elle veille à respecter les principes, en particulier une approche globale fondée sur les besoins présents et futurs des populations, le partenariat et la participation. Dans le contexte de la société de la connaissance, l’intelligence territoriale met à présent l’accent sur le lien entre la production de connaissance et l’action territoriale, ainsi que sur l’importance du capital humain et social dans le processus d’innovation.

Le concept d’intelligence territoriale s’est principalement nourri des sciences de l’information et de la communication et du management des connaissances, comme processus cognitif et organisationnel, des sciences économiques et de la géographie, pour l’analyse de la structure et de la dynamique des territoires comme espaces géographiques et comme espace de projet de développement des communautés humaines.

Les systèmes d’intelligence territoriale mobilisent largement les technologies de l’information pour collecter, regrouper, partager, analyser et exploiter de façon coopérative, puis pour diffuser des connaissances pluridisciplinaires et des informations multisectorielles. Ce sont des systèmes informatiques qui font largement appel aux systèmes d’information géographique, à l’analyse statistique des données, à la gestion et à l’évaluation des projets.

Les acteurs territoriaux sont sollicités pour proposer des projets, pour en argumenter et en évaluer la pertinence, l’efficience et l’impact, et pour mettre en œuvre les principes d’approche globale, de partenariat et de participation. Si des méthodes et des outils scientifiques adaptés à ces principes sont disponibles pour les experts, les acteurs territoriaux ne disposent pas d’outils simples, économiques et conviviaux pour élaborer leurs projets d’action, puis pour les suivre, les observer et les évaluer, tout en respectant les principes du développement durable.

Cette conférence s’intéresse à ces outils, aux méthodes scientifiques génériques qui les inspirent, et aux liens entre la recherche scientifique et l’action territoriale.

Les communications seront réparties selon trois thèmes :

  • Les outils d’intelligence territoriale pour et par les acteurs du développement durable.
  • Les méthodes scientifiques et les outils génériques d’analyse de l’information spatiale et territoriale.
  • L’évolution du concept d’intelligence territoriale.

A. Les outils d’intelligence territoriale pour et par les acteurs du développement durable.

Ce thème vise à présenter des recherches et des analyses concernant la conception, la réalisation, l’appropriation et l’usage d’outils d’intelligence territoriale, pour et par les acteurs territoriaux.

Il s’intéresse à l’accessibilité des techniques et des méthodes auxquelles ils recourent, comme à celle des contenus d’information qu’ils utilisent et qu’ils produisent, à l’appropriation de ces techniques et de ces contenus par les acteurs, et aux usages que les acteurs font des outils.

Les outils d’intelligence territoriale utilisent habituellement des techniques et des méthodes d’analyse géographique de l’espace, de traitement statistique quantitatif et qualitatif de l’information territoriale, de gestion informatisée de l’information, de communication, de management et d’évaluation des projets, pour s’en tenir aux principales, etc.

Le caractère pluridisciplinaire et multisectoriel des contenus d’informations se combine avec leur variété formelle (données, indicateurs, tableaux, graphes, cartes, etc.) pour accroître leur diversité qui implique en retour le recours à une gestion rigoureuse de l’information (méta données).

L’appropriation de ces techniques et de ces contenus suppose l’acquisition de nouvelles compétences par les acteurs, grâce à un transfert des compétences expertes vers les acteurs et la mutation corollaire du rôle des experts avec un développement de la fonction pédagogique. Ce transfert s’opère à moyen terme dans la formation, mais aussi à court terme par l’accompagnement des projets.

Les usages de ces outils au sein de partenariats de développement et dans un contexte participatif concernent des sujets variés. Le partage de l’information et l’analyse coopérative des données favorisent le travail partenariat. La participation des acteurs aux choix des indicateurs, à l’interprétation des résultats et au processus de proposition de projets modifie fortement l’usage des outils. La restitution publique des résultats, l’accès des utilisateurs aux informations, leur participation aux activités d’observation et d’évaluation, impliquent de plus en plus les outils dans le processus communicationnel et décisionnel.

Ce thème privilégiera :

  • Les outils dont l’usage respecte les principes du développement durable,
  • L’analyse des processus de co-construction des outils et
  • L’analyse d’expériences relatives à des partenariats de développement Equal.

B. Les méthodes scientifiques et les outils génériques d’observation spatiale et d’analyse de l’information territoriale

Ce thème concerne les méthodes scientifiques, les protocoles de recherche et les outils génériques de large applicabilité employés pour la modélisation spatiale, pour le traitement des données, pour l’analyse de l’information territoriale et pour l’observation des territoires.

Les Systèmes d’Information Géographique (SIG), ainsi que les Systèmes d’Information Territoriale (SIT) sont particulièrement concernés au sein d’un ensemble large de méthodes et d’outils susceptibles d’inspirer les outils professionnels.

La question de la diffusion de ces outils dans les laboratoires et dans les formations en sciences humaines et sociales (SHS), où elle reste faible et inégale selon les disciplines, est également posée. Elle renvoie à la collaboration des SHS avec les sciences de la nature et les sciences de l’ingénieur qui utilisent couramment ces méthodes.

Les questions émergentes de l’information territoriale, des informations scientifiques et techniques disponibles et accessibles aux acteurs et aux citoyens, du partage de l’information, de la construction des indicateurs, en particulier des indicateurs de compétitivité territoriale, intéressent également cette thématique.
Il privilégiera les méthodes respectueuses du développement durable et de la gouvernance démocratique.

C. L’évolution du concept d’intelligence territoriale

Ce thème vise à consolider l’état des lieux de l’intelligence territoriale, à confronter la diversité des approches, à comprendre les évolutions du concept, et à préciser ses rapports avec des notions ou des concepts comme l’intelligence économique, l’intelligence collective, le territoire, la communauté, le développement communautaire, le développement durable, la gouvernance démocratique.

Il concerne également les différentes approches, scientifiques et culturelles, qui s’expriment à l’échelle européenne et internationale.
Une attention particulière sera apportée à l’intégration émergente de l’approche environnementale, qui rééquilibre l’importance des approches économiques, sociales et culturelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.