Digne: 2007 – Axe 1 à 4

Axe 1

Trajectoires scolaires et territoires

Les processus d’orientation sont sans nul doute multifactoriels. En dehors des données individuelles relatives à la personnalité, de nombreuses variables interviennent en effet dans la construction des projets d’orientation des élèves et des familles, au collège et au lycée. Au premier rang desquelles, historiquement bien identifiées, souvent corrélées entre elles, se placent les résultats scolaires, les origines sociales et culturelles, etc.

On sait aujourd’hui que d’autres facteurs, plus diffus, influent également sur ces processus complexes : « effets maîtres », « effets établissements », « effets de circonscription », distance et densité de l’offre de formation, « adéquation » de celle-ci avec les besoins économiques locaux, présents comme futurs, fonctionnement et segmentation de l’emploi local, richesse ou indigence du marché local de l’emploi, etc.

Plus récemment, enfin, sont apparus ou ont été revisités différents « effets de contexte », liés cette fois aux territoires, également susceptibles de peser, directement et/ou indirectement, sur les trajectoires scolaires et les processus d’orientation. Ils s’alimentent de l’enchevêtrement des « identités » multiples, du niveau des ambitions scolaires, du degré de capacité à se projeter dans le futur, du poids de l’ancrage territorial, de la direction du couple attraction-répulsion vis-à-vis du local, du lointain, du rural, de l’urbain, etc., de la réalité de l’enclavement géographique et de l’isolement social et culturel des territoires, etc.

C’est autour de ces « effets de territoires » que s’organise principalement l’axe 1. Celui-ci s’intéressera plus particulièrement aux différents impacts des territoires sur les trajectoires des élèves scolarisés dans l’ « espace à dominante rurale » et dans la montagne, mais pas seulement dans ces territoires.


Trois grandes approches baliseront et traverseront ce premier axe :

  • les territoires et les trajectoires scolaires au sein de l’enseignement scolaire, dans les différents milieux ruraux et montagnards, notamment ;
  • le territoire et l’orientation scolaire (objectifs, niveaux, durées, censures, secteurs professionnels, métiers, voies de formation, projets d’orientation, rôles respectifs des différents acteurs de l’orientation, jeux des institutions scolaires, etc.) ;
  • le territoire et l’insertion professionnelle (projetée, prescrite, subie, réalisée, immédiate, différée, etc.)

Axe 2

Approches comparatives européennes et internationales

Le territoire est l’objet de représentations qui puisent d’abord dans l’histoire et la géographie mais aussi dans les catégories sociologiques, psychologiques, anthropologiques et philosophiques. Ainsi l’Europe est sans conteste aujourd’hui un territoire prescrit, mais aussi imaginé et vécu. Dans cette Europe là, les territoires scolaires sont inscrits dans des espaces nationaux ou provinciaux, et cette diversité géographique et politique des territoires européens provoque sans aucun doute des procès scolaires spécifiques. Les systèmes éducatifs entendent curricula et référentiels de compétences pays par pays, Land par Land, province par province, ce qui rend difficile mais urgent les comparaisons des programmes, des manières de faire, des systèmes de valeurs qui sous-tendent ces pratiques, afin de dégager dans un premier temps des catégories descriptives et des variables interprétatives communes.

Au-delà de la question européenne, l’analyse des prescriptions, des pratiques et des performances des systèmes éducatifs des pays du Sud et de ceux du Nord, celles des pays émergents, des pays pauvres et des pays riches, permettent de regarder autrement les questions scolaires territorialisées. Les dispositifs tels que les écoles satellites ou l’éducation non formelle que l’Afrique Sub-Saharienne a mis en place par défaut, peuvent-ils par exemple nous aider à mieux comprendre et construire le territoire de l’éducation ? Le lien social ainsi tissé est-il quantitativement et qualitativement différent ?

Les communications qui s’inscriront dans l’axe 2, telles que des études de cas, des enquêtes ethnographiques ou quantitatives, pourront porter sur les thèmes suivants :

  • l’école en Europe et dans le Monde : organisations, découpages, politiques, performances, intégration dans le territoire ;
  • les pratiques enseignantes et le territoire : quelles prises en compte du contexte ?
  • les politiques de réduction des inégalités scolaires territorialement ;
  • les partenaires de l’école (parents, collectivités territoriales…) ;
  • les formes scolaires non académiques (éducation non formelle, kindergarten…) et le territoire ;
  • genre et territoire…

Axe 3

Les territoires comme contextes sociaux et culturels de l’éducation

L’acte d’éduquer est toujours spatialisé : les pédagogies familiales s’inscrivent dans un espace construit autour du « foyer » ou de la résidence, l’école entretient depuis des siècles des liens étroits avec les communautés villageoises, les Conseils Généraux sont attachés à la défense des petits collèges, la délocalisation des structures universitaires est un enjeu majeur des politiques régionales…

Ces relations aux territoires s’organisent autour de deux dimensions principales : famille et territoire, école et territoire. Le premier induit des stratégies « socioscolaires » (arbitrages qualité/proximité, stratégies de contournements de la « carte scolaire »…), le second renvoie à des interdépendances politiques, administratives, économiques. Inévitablement, leur rencontre produit des tensions ou des conflits qu’il est indispensable d’analyser.

Par ailleurs, le territoire se manifeste à plusieurs niveaux :

  • territoire prescrit des administrations, des collectivités territoriales et des politiques publiques d’éducation ;
  • territoires vécus des acteurs sociaux (appropriation de l’espace, mobilisations…) ;
  • territoires « rêvés » ou symboliques, territoires stigmatisés…

Là encore, se manifestent discontinuités, ruptures, affrontements.
Les communications regroupées dans l’axe 3 prendront en compte la façon dont ces dimensions mettent en jeu les différentes formes de l’inégalité des chances sociales.

Principaux thèmes :

Famille et territoire
  • les choix ou les contraintes ? (résidence et inscription scolaire…) ;
  • l’appropriation de l’espace (profession, mode de résidence…), mobilisations (défense du territoire) ;
  • le territoire et la socialisation (intensité du lien social, rapports de voisinage, affiliations…), le territoire comme culture (connaissance et appropriation symbolique du patrimoine, de l’histoire locale…) ;
  • le territoire des parents et le territoire des élèves (convergences / divergences)
  • la relation famille / territoire dans les espaces ruraux…Ecole et territoire
  • le territoire prescrit (CLT), les politiques éducatives territorialisées (carte scolaire, réseaux d’établissements…) ;
  • l’ancrage local (relations CLT / établissements scolaires, enseignants / élus / habitants…) ;
  • les enjeux / les atouts du développement local :
  • les territoires stigmatisés et les performances scolaires ;
  • les dispositifs scolaires dans les territoires ruraux…

 Axe 4

On a pu parler de « didactique des territoires » pour caractériser des effets de contextes territoriaux sur des pratiques d’enseignement et d’apprentissage. Nous proposons, dans cet axe, d’utiliser des grilles pédagogiques et didactiques pour étudier des effets de contextes qui seraient liés aux territoires (particulièrement des « périphéries ») en posant notamment la question : comment des savoirs issus des territoires peuvent-ils devenir des objets d’enseignement ?

C’est ainsi que des recherches concernent des curricula liés aux territoires, des effets de contextes territoriaux sur les discours et sur les pratiques des acteurs de l’école, des effets de territoires dans des situations didactiques. D’autres portent sur des spécificités dans la chaîne transpositive qui seraient des effets de « territorialisation / déterritorialisation » de certains enseignements dans les périphéries spatiales géographiques et/ou sociales. D’autres encore s’intéressent aux généricités et aux spécificités dans les pratiques didactiques et pédagogiques dans les écoles des « périphéries ». Enfin, les « liens aux lieux » des acteurs de l’école et leurs effets sur les pratiques d’enseignements et sur les apprentissages font désormais l’objet de recherches.

Tout en sachant que ces effets de contextes sont le plus souvent indissolublement géographiques, mais aussi sociaux et culturels, les contributions chercheront à mettre en lumière des éléments de « territorialisation » des savoirs scolaires.

Principaux thèmes :

  • la chaîne transpositive : débats dans les noosphères ; propositions de territorialisations dans des programmes, dans des manuels ou d’autres auxiliaires pédagogiques ;
  • les situations didactiques : études de la vie de savoirs scolaires en termes de « territorialisation / déterritorialisation », et en fonction de milieux spécifiques ;
  • les enseignants : représentations sociales et discours d’enseignants sur des rapports aux territoires et aux acteurs directs et indirects de l’Ecole ; discours sur leurs pratiques d’enseignement ; observations et analyses de pratiques
  • les élèves : représentations sociales et discours d’élèves sur des rapports aux territoires et aux savoirs scolaires ; attitudes et pratiques d’apprentissage ; prise en compte des savoirs sociaux territorialisés en contexte scolaire et intégration de savoirs scolaires dans des savoirs sociaux sur les territoires ;
  • les territoires ruraux : spécificités / généricités des pratiques d’enseignement et d’apprentissages ; activation / neutralisation d’éléments de contextes…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.