Présentation de l’enquête

1. Présentation de l’enquête

L’enquête départementale, réalisée à l’aide du document d’évaluation Mosaïque, concerne 8 897 ménages suivis par les travailleurs sociaux du Conseil Général (Direction de la Vie Familiale et Sociale), du service social de la Mutualité Sociale Agricole et du Centre Communal d’Action Sociale de la ville de Pontarlier, au cours du dernier trimestre 1993. Ces ménages sont, au sens de l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE), des familles, couples ou parents isolés, ou des individus seuls.

Méthode

Le document d’évaluation Mosaïque a été élaboré dans le cadre du programme communautaire “Pauvreté 3”. C’est un questionnaire comparable au document de situation RMI qui comporte un ensemble limité de descripteurs pertinents vis-à-vis de la problématique d’insertion, fiables au niveau de la collecte des réponses, exploitables par les outils informatiques et statistiquement représentatifs. Ces informations concernent la situation familiale, économique, professionnelle, sanitaire, en matière de logement et d’autonomie du ménage, complétées par un diagnostic d’action. On y retrouve les informations traditionnelles des dossiers sociaux sous une forme exploitable et qui permet des comparaisons avec les éléments statistiques institutionnels.

Un document d’évaluation a été rempli par les travailleurs sociaux pour chaque ménage suivi au cours de l’année 1993. Le document est parfaitement anonyme. Le ménage est simplement désigné par un code de zone et un numéro d’ordre. Seul le travailleur social qui a rempli le document peut identifier le ménage concerné. Une information et un suivi ont été assurés par les animateurs locaux de la Cellule Technique d’Insertion (CTI) pour assurer une bonne compréhension du document afin d’assurer une collecte la plus homogène possible de l’information. L’Observatoire de Mosaïque a assuré le suivi technique en cours d’enquête, puis la saisie, le regroupement, le contrôle et l’exploitation des documents.

Les premiers résultats de l’enquête ont été présentés dans les Programmes Locaux d’Insertion (PLI) de juin 1994. Le dépouillement zone par zone, et sa confrontation avec l’expérience des travailleurs sociaux concernés et des Commissions Locales d’Insertion (CLI), ont servi à l’élaboration des constats et des propositions des PLI.

Des dépouillements spécifiques ont été réalisés depuis, pour l’élaboration du Programme Départemental d’Insertion (PDI). Des traitements statistiques globaux ont été mis en œuvre pour dégager une typologie des populations défavorisées du Département 3. Ces calculs ont été conduits sur une sélection de descripteurs fiables. Les modalités de ces descripteurs ont été regroupées en caractères représentatifs.

Par exemple, les 24 revenus ou prestations utiles pour opérer un recensement complet des ressources d’un ménage, ont été regroupés en 12 caractères représentatifs. La CTI a été associée à ce travail pour constituer des catégories significatives. 22 descripteurs concernant le ménage ou l’usager, divisibles en 98 caractères, ont été triés en différenciant par CLI afin de comparer les zones des plans locaux.

Les ménages enquêtés ont fait l’objet d’une analyse factorielle qui permet de décrire globalement la structure des caractères de ces populations – les rapports qu’elles entretiennent les unes avec les autres, et les tendances générales selon lesquelles s’organise cette structure. Cette analyse complète le tri par CLI pour décrire les caractéristiques générales des populations suivies, et leurs variations selon les CLI.

La classification automatique a enfin permis de répartir les ménages enquêtés en groupes cohérents en fonction des caractères propres à chaque ménage. La confrontation des résultats de l’analyse factorielle et de la classification permet enfin d’approfondir la description de chaque groupe.

La classification automatique a permis d’identifier 38 groupes de ménages en fonction de leur problématique, ce qui montre la forte diversité des populations défavorisées et des cas de précarité ou d’exclusion. D’un point de vue territorial, si ces groupes peuvent être plus ou moins présents dans chaque zone, tous sont pratiquement présents dans chaque CLI. Les différences entre les problématiques sont plus pertinentes que les différences spatiales.

Par exemple, si le rural est particularisé par l’importance des personnes âgées isolées, les groupes de jeunes, plus caractéristiques des zones urbaines, s’y retrouvent également, certes en proportions plus faibles, mais avec une fréquence qui nécessite l’organisation de réponses.

Chaque PLI devra donc proposer un dispositif complet, dans lequel certaines actions seront accentuées en relation avec les problématiques les plus caractéristiques de la zone. L’analyse détaillée des groupes sera ultérieurement conduite dans ce sens. Nous présentons actuellement en troisième partie une typologie globale en trois groupes généraux.

Qualité des données

Malgré son importance, cette enquête reste incomplète car tous les services sociaux et tous les opérateurs de l’action sociale et de l’insertion n’y ont pas contribué. Certains groupes de population sont absents, incomplets ou flous sur la photographie. Les résultats quantitatifs ne constituent que des hypothèses basses et les éléments qualitatifs constituent une description qui devra certainement être complétée.

Ce travail est cependant riche d’enseignements par son ampleur. L’enquête couvre l’ensemble du département. Les ménages enquêtés représentent 5% des ménages du département du Doubs (8,1% pour la zone de Besançon). Cette comparaison doit être modulée selon les descripteurs ; certains concernent bien le ménage, comme les ressources ou le logement, alors que les autres concernent l’usager, la personne qui fait – ou a fait – l’objet d’un suivi social au sein du ménage.

Parmi les ménages de l’enquête, 2 877 perçoivent le RMI, ce qui représente 60,5% des ménages allocataires du RMI dans le département . Sur le Pays de Montbéliard, seulement 49,1% de la population des ménages RMI de la zone sont compris dans l’enquête ; en effet, l’enquête ne porte pas sur la population RMI dont les instructeurs sont les CCAS de la zone (Valentigney, Audincourt…). Au sein de l’enquête, les ménages allocataires du RMI représentent 32,3% des ménages .

Dans un premier temps, afin d’évaluer la qualité des données collectées, l’ensemble des caractères de chaque descripteur a été pris en compte, y compris l’absence de réponse – la “non-réponse” – considérée comme une forme de réponse susceptible de nous renseigner sur la qualité de l’information.

En général, on constate que les non-réponses s’observent plus fréquemment dans les PLI de Besançon et de Montbéliard, notamment dans la CLI 1. Toutefois, elles ne sont pas concentrées dans des secteurs particuliers, ce qui indiquerait un problème au niveau du renseignement de certains documents ou une mauvaise connaissance des populations dans ces secteurs. En revanche, elles se regroupent de manière significative lorsqu’il s’agit de décrire certains groupes de population. Cela nous permet d’isoler les groupes les plus difficiles à identifier :

  1. des jeunes qualifiés, sans emploi, ni ressource, ni logement

  2. des chômeurs jeunes logés dans leur famille et occupant des emplois occasionnels

  3. des étrangers très éloignés de l’emploi (ils n’ont jamais travaillé ou sont au chômage depuis plus de trois ans), ayant un abri précaire ou menacés d’expulsion

  4. des jeunes qui ont un niveau de formation élevé (Bac ou +) mais desquels on ne sait rien d’autre

  5. certaines personnes âgées en milieu rural, bénéficiant d’une retraite ou d’une préretraite, souvent caractérisées par un logement insalubre.

Les problèmes aigus de logement constituent un trait commun de ces ménages. Il s’agit des groupes qui posent le plus de problèmes de suivi pour les travailleurs sociaux. Ce sont, soit des personnes qui font l’objet d’un suivi lourd sur une période très courte, soit des cas plus difficiles à appréhender, qui ne sollicitent qu’occasionnellement les services sociaux, et sur lesquels certains types d’information ne parviennent pas à être connus.

Ces groupes vivent une situation marginale extrêmement précaire. Les estimations qui peuvent être faites quant à ces populations restent des hypothèses minimales dans la mesure où une partie seulement de ces publics sollicitent occasionnellement, dans l’urgence, les services sociaux. Ce sont également les personnes dont il est le plus difficile d’assurer la prise en charge dans le contexte actuel du travail social. La difficulté que nous avons à connaître ces populations est certainement à la mesure de l’insuffisance des solutions et des pratiques actuelles. Leur exclusion est accentuée par une marginalisation par rapport à l’action sociale.

Les non-réponses sont exclues des analyses suivantes qui visent à définir les caractéristiques générales des populations suivies pour établir une typologie de ces populations, afin de dégager des priorités et des stratégies d’action.

2. Caractéristiques des populations suivies

Les caractéristiques des populations suivies sont présentées en distinguant les informations générales (état civil et situation familiale), la situation économique (activité, ressources, formation, qualification, durée du chômage, expérience professionnelle) et celles qui sont relatives à l’accompagnement social : autonomie sociale, logement, accès aux soins et santé. Le diagnostic social, qui fait l’objet de la dernière question du document utilisé, n’est pas traité globalement mais dans le cadre de chacun des thèmes abordés, en rapportant le diagnostic concernant le thème aux problèmes rencontrés par les usagers.

L’analyse se base sur les tableaux croisés comparatifs par CLI des descripteurs concernés, d’une part, et sur le plan factoriel calculé par analyse factorielle des correspondances, d’autre part.

Les tableaux chiffrés sont toujours rébarbatifs. Nous avons opéré une sélection des descripteurs les plus significatifs, avec le souci de restituer à l’ensemble de ceux qui ont participé à l’enquête et aux différents partenaires de l’action sociale les informations utiles à l’action et à la décision. L’Observatoire de Mosaïque peut fournir des informations plus approfondies correspondant à des sélections particulières.

Le plan factoriel visualise les ressemblances et les différences qui s’établissent entre les caractères issus des descripteurs par rapport à la typologie qui sera décrite dans la partie suivante.

Par exemple, le fait que 43% des usagers soient des hommes et 55% des femmes (compte tenu des non-réponses) n’indique pas si les hommes et les femmes présentent ou non la même problématique, ce que montre le plan factoriel.

Nous avons indiqué en italique à l’occasion du premier tableau croisé comparatif et du premier plan factoriel, relatifs à l’âge, les règles générales de constitution et d’interprétation de ces outils statistiques.


Sommaire

Données Générales


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.