Autonomie

Données relatives à l’accompagnement social

Ces données concernent l’autonomie des personnes, le logement, l’accès aux soins et la santé qui ont fait ici l’objet d’une analyse plus approfondie avec les animateurs thématiques de la CTI qui ont approfondi la situation de certaines catégories de ménages et qui ont établi un lien avec les réponses et les interrogations des acteurs de terrain.

L’autonomie des personnes

Les ressources concernent directement l’autonomie de l’usager. Plusieurs descripteurs du document se rapportent également à ce thème d’action : l’endettement, la mobilité et la pratique du français notamment.

L’analyse factorielle montre que l’endettement est principalement le fait des ménages qui ont des ressources relativement élevées. Ce sont pratiquement les mêmes ménages qui cumulent dettes de logement et autres dettes. Les pourcentages de ménages qui ont des dettes sont certainement minorés par l’importance des non-réponses. Le tableau suivant montre cependant l’importance du phénomène qui touche toutes les zones avec une acuité plus marquée pour la CLI 2.

En ce qui concerne la mobilité, 35% des ménages seulement possèdent une automobile ou un véhicule motorisé. Cette proportion atteint 55% en CLI 3 et 48% en CLI 4, et elle est inférieure à 24% en CLI 1 et 2. Le pourcentage de titulaires du permis de conduire, qui est de 43% dans le département, varie de la même façon.

Les difficultés d’expression concernent 11% des ménages, principalement dans les CLI 3, 4, 5 et 6, les difficultés de lecture et d’écriture caractérisant plutôt les zones rurales. Quelle que soit leur forme, les difficultés d’expression apparaissent essentiellement liées à l’absence de formation ou à un faible niveau de formation, caractéristiques d’usagers âgés.

Le diagnostic concernant l’autonomie sociale, le fait que le travailleur social indique qu’une action d’insertion de ce type est nécessaire pour l’usager, est proche de la nécessité d’un suivi familial. Il concerne plutôt des ménages qui font l’objet d’un suivi social classique. Il est plus rarement évoqué pour les jeunes, alors qu’ils sont dans une situation de ressources très précaires et de mobilité réduite (toutefois compensée par les transports publics en zone urbaine).

Dettes

Dettes

Dettes, Mobilités

Dettes, mobilité, pratique du français et diagnostic d’autonomie sociale
Les carrés indiquent le diagnostic énoncé par les travailleurs sociaux concernant les actions nécessaires

– L’endettement

Sur l’ensemble du département, 3 735 ménages sont endettés (42% des ménages). Leur proportion prédomine dans la CLI 2 (31% de l’ensemble des ménages endettés du département). La répartition des ménages endettés est la suivante : 44% sur le secteur de Besançon (CLI 1 et 2), 30% en rural (CLI 3 et 4) et 26% dans le Pays de Montbéliard (CLI 5 et 6).

La population bénéficiaire du RMI est moins endettée : 33% pour l’ensemble du département.

La situation vis-à-vis de l’endettement est inconnue pour 25% des ménages suivis sur le département (29% pour les bénéficiaires du RMI), notamment sur les CLI 3 et 4.

Une exploitation particulière de l’enquête a permis d’approfondir le profil des ménages endettés. Ces ménages endettés sont français dans 79% des cas, constitués de personnes isolées dans 52% des cas. Ils sont d’âge moyen : 57% ont de 30 à 49 ans.

29% des ménages endettés n’ont pas d’enfant (la proportion de ménages sans enfant suivis sur le département est de 42%), 26% ont trois enfants ou plus (proportion globale départementale : 20%), 43% ont un ou deux enfants.

La plus forte proportion d’usagers est représentée par les chômeurs inscrits à l’ANPE (40%), puis par les personnes ayant des contrats de travail non aidés (26%) et par les inactifs (17%).

Les ressources mensuelles des ménages endettés sont diverses : 38% ont un salaire (28% pour l’ensemble des ménages), 26% touchent le RMI (32% pour l’ensemble des ménages), 22% une allocation chômage ASSEDIC (15% pour l’ensemble des ménages). 65% des usagers endettés bénéficient d’une aide ou d’une allocation logement (51% pour l’ensemble des ménages) et 52 % des allocations familiales (39% pour l’ensemble des ménages).

Les ménages endettés perçoivent des revenus plus élevés que l’ensemble des ménages : 73% ont des revenus supérieurs à 3000 F (60% pour l’ensemble des ménages) ; 46% ont même des revenus supérieurs à 5000 F (32% pour l’ensemble des ménages).

60% d’entre eux ont des dettes liées au logement ; 78% ont des dettes d’une autre nature, certains ménages pouvant cumuler des dettes de diverses natures.
Les ménages endettés sont locataires ou logées en meublé (76%) et 12% sont propriétaires ou accédants à la propriété (soit une proportion similaire à celle observée sur l’ensemble des ménages : 13%). 21% vivent dans un logement inadapté ou inconfortable et pour 33% existe un risque ou une menace d’expulsion (15% seulement pour l’ensemble des ménages).

33% ne disposent d’aucun véhicule et 21% disposent de transports en commun. 27% n’ont pas leur permis de conduire (notons la forte proportion de non réponses : 20%).

10% s’expriment difficilement ou ne parlent pas le français et 7% ne le lisent pas ou ne l’écrivent pas.

29% ont un niveau d’études primaires ou inférieur à la troisième, 15% sont titulaires d’un BEPC, d’un CAP ou d’un BEP et 14% ont suivi une formation professionnelle ou générale inachevée.

39% sont ouvriers ou employés non qualifiés ou agents, 26% sont sans qualification et 19% sont ouvriers ou employés qualifiés, techniciens ou cadres.

47% ont eu des emplois réguliers à temps complet ou partiel et 34% des emplois temporaires ou occasionnels. 16% des chômeurs sont dans cette situation depuis trois mois à un an, le même pourcentage l’étant de un à trois ans.

Sur le département, les travailleurs sociaux estiment que 1 503 usagers auraient besoin d’une action de suivi budgétaire éducatif et 948 d’un plan de résorption des dettes, notamment en rural. Un besoin d’action concernant la résorption des dettes est particulièrement ressenti dans les CLI 1 et 2 (536 ménages concernés) et dans les CLI 5 et 6 (368 ménages concernés).

– La mobilité

Les possesseurs d’un véhicule et les titulaires du permis de conduire ont des profils semblables. Ils sont le plus souvent d’âge moyen et appartiennent à des ménages dont les ressources sont constituées de revenus professionnels ou de prestations sociales. Les personnes les plus affectées par les problèmes de mobilité sont les jeunes, pour qui une mobilité réduite accroît les difficultés d’accès à l’emploi, et certaines personnes âgées, en milieu rural.

Sur l’ensemble du département, 2923 ménages ne sont titulaires d’aucun permis de conduire (soit 33% de l’ensemble des ménages suivis du département). La proportion d’usagers sans permis de conduire est plus importante dans la CLI 2 (28% de l’ensemble des personnes sans permis suivies sur le département), et dans la CLI 4 (21%).

Les bénéficiaires du RMI du département ne possédant aucun permis de conduire sont les plus nombreux dans la CLI 2 (29%) et dans la CLI 5 (20%).

Cependant, il est actuellement difficile de connaître le nombre précis de personnes qui a besoin de ce type d’action. Parmi la population en difficulté, une partie d’entre elle peut faire la démarche seule auprès d’une auto-école mais aurait besoin d’une aide financière. L’autre partie de cette population a besoin d’un accompagnement spécifique, du fait d’un cumul de difficultés sociales et professionnelles.

Sur l’ensemble du département, 3 329 ménages suivis par les services sociaux (37% des ménages suivis) ne disposent d’aucun véhicule. Les plus fortes proportions de ménages ne disposant d’aucun véhicule sur le département se localisent sur la CLI 2 (23% des ménages ne disposant d’aucun véhicule suivis par les services sociaux) et la CLI 4 (22%).

Sur le département, 40% des bénéficiaires du RMI ne disposent d’aucun véhicule (23% dans la CLI 2, 41% dans la CLI 3 et 18% dans la CLI 4). (pas de conformité sur la CLI 3 avec la population générale).

21% de l’ensemble des ménages du département (1 878 ménages) fréquentent les transports en commun. Les secteurs où les ménages utilisent le plus les transports en commun sont les CLI 2, 5 et 6 (respectivement 56%, 16% et 18%). Les bénéficiaires du RMI utilisent davantage les transports en commun (28%) ; on note cependant une grande disparité entre les CLI 2, 5, 6 et les CLI 3 et 4, les transports en commun étant utilisés dans les premières contrairement aux secondes (dans lesquelles ce type de transport est sans doute insuffisamment développé).

 – L’analphabétisme et l’illettrisme

Pratique du français par l’usager

L'analphabétisme et l'illettrisme

Sur l’ensemble du département 1 338 ménages (14%) ont des problèmes de pratique du français, 1 011 s’expriment difficilement ou ne parlent pas le français (11%) et 637 ne le lisent pas ou n’écrivent pas (7%). On retrouve approximativement les mêmes proportions pour les bénéficiaires du RMI.

On trouve une grande proportion d’usagers s’exprimant difficilement ou ne parlant pas le français dans les CLI 2 (27% du nombre total des usagers s’exprimant difficilement ou ne parlant pas le français suivi sur le département), CLI 4 (20%), CLI 5 (16%) et CLI 6 (15%).

Concernant les problèmes de lecture ou d’écriture, la CLI 2 regroupe 22% des usagers du département connaissant ce genre de problème. Mais le secteur rural est davantage concerné puisque la proportion d’usagers ne sachant ni lire ni écrire est de 33% sur la CLI 4 et de 20% sur la CLI 3.

Cependant les chiffres cités ci-dessus en matière d’illettrisme sont certainement sous-estimés, car ces problèmes sont difficiles à cerner lors des entretiens, les personnes concernées ayant des difficultés à reconnaître ce problème, ou développant d’autres stratégies pour éviter d’avoir à lire. Il est important de noter que ce problème est particulièrement présent chez les gens du voyage.

Une exploitation particulière de l’enquête a permis d’approfondir le profil des ménages ayant des problèmes avec la pratique du français.

La population ayant des problèmes avec la pratique du français prédomine dans les CLI 2 (26%), CLI 4 (24%) et CLI 5 et 6 (28%).

Elle est surtout de nationalité étrangère (59%), relativement âgée : 34% ont cinquante ans et plus, 26% ont entre 40 à 49 ans et 23% ont entre 30 à 39 ans.

34% de ces usagers n’ont pas d’enfant (la proportion de ménages sans enfant suivis par les services sociaux sur le département est de 42%), 35% ont trois enfants ou plus (proportion globale départementale : 20%), 15% n’ont qu’un enfant et 14% ont deux enfants.

36% des usagers ayant des problèmes avec la pratique du français sont chômeurs inscrits à l’ANPE et 33% sont inactifs.

Les ressources mensuelles de ces ménages sont diverses : 23% ont un salaire (la proportion de ménages touchant un salaire et suivis par les services sociaux sur le département est de 28%), 36% touchent le RMI (32% de la totalité des ménages suivis sur le département ont le RMI), 17% une allocation chômage ASSEDIC (ressource dont bénéficient 15% de l’ensemble des usagers du département). 56% des usagers bénéficient d’une aide ou d’une allocation logement (51% des usagers suivis sur le département en bénéficient) et 44% des allocations familiales (39% de l’ensemble des usagers du département les touchent).

33% ont un niveau d’études primaires ou inférieur à la troisième et 22% n’ont pas été scolarisés (sur le département, 4% seulement de l’ensemble des usagers n’ont pas été scolarisés). Notons la forte proportion de non réponses concernant la formation initiale ou continue de l’usager : 39%.

Formation initiale ou continue de l’usager

For Initial ou continue des usagers

38% des ménages sont ouvriers ou employés non qualifiés ou agents et 39% sont sans qualification.
39% ont eu des emplois réguliers à temps complet ou partiel, 27% n’ont aucune expérience professionnelle et 24% ont une expérience d’emplois temporaires ou occasionnels.

16% des chômeurs sont dans cette situation depuis plus de trois ans.

Les travailleurs sociaux jugent nécessaire une activité d’alphabétisation pour 204 ménages, 84 dans les CLI 1 et 2 et 78 dans les CLI 5 et 6, secteurs où la proportion d’étrangers est la plus importante.

Le nombre de personnes pour qui une action de lutte contre l’illettrisme serait nécessaire est moins important (24 dans les CLI 1 et 2 et 14 dans les CLI 5 et 6).

Un écart important apparaît entre les besoins identifiés et les réponses proposées.

Les activités jugées nécessaires en matière d’autonomie sociale

Des activités visant l’autonomie sociale sont jugées nécessaires pour 35% des ménages suivis par les services sociaux (et pour 32% des bénéficiaires du RMI), notamment dans le secteur rural (30% des ménages ayant besoin d’une activité d’autonomie sociale se trouvent dans la CLI 4, et 16% dans la CLI 3). Cette activité serait également nécessaire dans la CLI 2 pour 26% des ménages.

Les besoins prioritaires sont par ordre d’importance décroissante les démarches administratives, le suivi budgétaire éducatif et les plans de résorption de dettes, l’encadrement du temps libre des enfants, l’organisation personnelle, l’alphabétisation et l’illettrisme et le soutien scolaire.

Les démarches administratives

Elles sont multiples : remplir une déclaration d’impôts, effectuer des demandes de remboursement à la sécurité sociale, faire les démarches pour ouvrir ses droits ou les maintenir à la Caisse d’Assurance Maladie ou la Caisse d’Allocations Familiales…

Ces activités sont jugées nécessaires pour 2 176 ménages sur l’ensemble des CLI mais surtout en secteur rural : la CLI 3 regroupe 19% des usagers du département pour qui une telle activité serait nécessaire et 35% pour la CLI 4 (les ménages du département pour qui une telle activité serait nécessaire se trouvent donc à 54% dans le secteur rural ). Les autres se trouvent à 28% dans les CLI 1 et 2 et à 18% dans les CLI 5 et 6.

Ce problème peut être croisé avec les problèmes d’analphabétisme et d’illettrisme (en effet, on peut partir du postulat qu’une personne connaissant des problèmes d’expression connaît également des problèmes pour effectuer ses démarches administratives). Comme nous l’avons vu en secteur urbain, les problèmes d’analphabétisme prédominent ; ce problème est plus facilement repéré que dans le rural où l’illettrisme prédomine (problème plus difficilement appréhendable). Les problèmes d’analphabétisme étant sans doute mieux traités en domaine urbain, les problèmes de démarches administratives s’en trouvent donc logiquement réduits. La forte proportion de personnes âgées en secteur rural peut également expliquer l’importance de ce besoin dans les CLI 3 et 4.
Sur la CLI 6, les difficultés à effectuer les démarches administratives sont sans doute plus présentes dans les foyers AMAT où la population d’origine étrangère est importante.

Encadrement du temps libre des enfants

Des activités concernant l’encadrement du temps libre des enfants sont jugées nécessaires pour 322 ménages dont 223 sur les CLI 1 et 2. Il est actuellement impossible d’estimer le nombre de personnes pour qui une telle activité serait nécessaire dans le secteur rural, cette information n’étant pas disponible.

Organisation personnelle

Cette activité est nécessaire aux personnes ayant besoin d’un accompagnement pour apprendre à réorganiser leur vie familiale et sociale dans ses aspects les plus simples : gestion de l’organisation quotidienne pour une mère au foyer (emmener les enfants à l’école, faire les courses, préparer le repas, faire le ménage…). Sur le département, une telle activité est jugée nécessaire pour 264 ménages dont 168 dans les CLI 1 et 2. Il est actuellement impossible d’estimer le nombre de personnes pour qui une telle activité serait nécessaire dans le secteur rural, cette information n’étant pas disponible.

Soutien scolaire

145 ménages auraient besoin d’un soutien scolaire dont 88 dans les CLI 1 et 2 et 47 dans les CLI 5 et 6. Il est actuellement impossible d’estimer le nombre de personnes pour qui une telle activité serait nécessaire dans le secteur rural, cette information n’étant pas disponible.

Descriptif des usagers pris en charge par les actions collectives

Durant le premier semestre 1994, 233 usagers ont fréquenté des actions collectives. Ce sont surtout des femmes (72%), des personnes de nationalité française (65%), isolées (33% de célibataires, 26% de divorcés, 5% de veufs).

Cette population est jeune : les 30-39 ans constituent la tranche d’âge la plus importante (36%) ; les moins de 30 ans représentent 27% des usagers suivis en action collective et les 40-49 ans 21%.

Près d’un tiers est inscrit à l’ANPE (30%), 28% sont inactifs. Les actions collectives regroupent 31% de bénéficiaires du RMI, la plus forte proportion se rencontrant dans les groupes de remobilisation de Pontarlier et de Morteau (respectivement 59% et 52%). 23% des ménages sont hébergés (dont 15% dans la famille ou chez des amis), 12% ont des problèmes de logement surpeuplé et 10% ont leur logement inadapté.

Cette population est très endettée (61%), peu mobile (48%) ne possède pas de véhicule, (60% n’a pas le permis de conduire). 16% s’expriment avec difficulté, 13% ne lisent pas ou n’écrivent pas.

Les usagers ont un faible niveau de formation : 38% un niveau d’études primaires ou inférieur à la troisième, 24% n’ont suivi aucune scolarisation et 19% sont titulaires d’un CAP ou d’un BEP. Ils sont peu qualifiés : 38% sans qualification et 39% ouvriers ou employés non qualifiés. Les usagers ont trois types d’expérience professionnelle : 41% ont occupé un emploi temporaire ou occasionnel, 32% un emploi régulier et 22% n’ont aucune expérience professionnelle.

Les usagers au chômage le sont depuis une longue période : 17% sont au chômage depuis plus de trois ans, 16 % le sont depuis un à trois ans, 13 % de trois mois à un an et seulement 4% depuis moins de trois mois.


Emploi

Logement


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.