Conclusion

Conclusion

Si nous comparons cette typologie aux résultats de l’enquête qui a servi de base au précédent PDI, et qui concernait les bénéficiaires du RMI en 1991, nous retrouvons une typologie comparable avec une importance accrue des usagers qui sont dans des situations de forte marginalité, chez les plus jeunes (qui ne bénéficient pas du RMI) et les plus âgés (dont les ressources sont supérieures aux barèmes).

La problématique de l’accès des jeunes à l’emploi a maintenant nettement pris le pas sur celle de la perte d’emploi des plus âgés. Elle se conjugue avec une accumulation de problèmes sociaux majeurs : difficulté accrue et prolongée d’accéder à un logement autonome, voire impossibilité de se loger, insuffisance ou absence de ressources, problèmes d’accès aux soins et dégradation de l’état sanitaire. De ce fait, la réponse en terme de formation ou d’insertion, qui est généralement la seule proposée, reste insuffisante parce qu’elle débouche rarement sur l’emploi et parce qu’elle n’apporte pas de solution aux problèmes sociaux. La plupart de ces jeunes « tournent » dans les circuits de l’insertion, mais ne trouvent pas d’emploi, même s’ils ont déjà une bonne formation de base, voire une qualification. Ces jeunes connaissent à présent des problèmes sociaux aigus, cumulés, qu’il convient de prendre en compte rapidement, mais pour lesquels il existe peu de solutions. Cette urgence ne doit toutefois pas se traduire par l’oubli de ceux qui ont perdu leur emploi, et qui gonflent aussi les rangs de l’assistance sociale.

L’enquête montre en effet l’extension et la diversification des publics de l’assistance sociale. L’analyse factorielle organise une dynamique des publics, qui va sans rupture des familles pauvres, où le problème n’est pas nécessairement l’absence d’emploi mais l’insuffisance des ressources, aux jeunes, sans emploi, sans ressource, sans protection sociale, sans logement et dont l’état sanitaire est dégradé. Entre ces deux extrêmes, proches des familles nombreuses, nous trouvons des ménages qui vivent de prestations diverses et dont l’évolution dépend largement du caractère plus ou moins précaire de ces prestations. La situation se dégrade ensuite fortement car ce qui est en cause n’est plus tant l’importance du revenu que la possibilité de satisfaire les besoins essentiels de logement et de santé.

Cette dynamique, qui constitue la tendance principale de la structure des populations, a une dimension historique. Les publics traditionnels de l’assistance sociale, familles nombreuses, handicapés, personnes âgées isolées ne sont plus qu’une minorité. Ils se sont d’abord étendus avec l’évolution de la problématique familiale et la prise en compte des parents isolés, puis avec les ménages appauvris par la perte d’emploi ou les difficultés d’accès à l’emploi. On a souvent opposé à ces publics ceux dont le RMI a révélé l’importance : les personnes isolées également précarisées faute d’emploi mais qui ne pouvaient pas être prises en charge dans le cadre des prestations sociales, ou qui l’étaient insuffisamment. Ces publics recourent actuellement aux services sociaux comme le montre leur importance dans la population suivie. Cette enquête montre aussi que les travailleurs sociaux sont à présent sollicités par des populations exclues du RMI, dont la situation se dégrade très fortement.

Le véritable problème n’est plus celui d’une opposition de “clientèles” mais celui de la prise en charge d’une population de plus en plus diversifiée qui recourt aux services sociaux. L’enquête montre clairement que les réponses dont disposent les travailleurs sociaux n’ont pas suivi la progression et la diversification de ce public. Les pratiques doivent certainement évoluer mais elles ne peuvent pas le faire sans l’apport de nouveaux outils. Il n’est en effet pas évident que les réponses sociales soient caduques. Le cumul des handicaps montre clairement que si la problématique de l’emploi est déterminante, elle se complique rapidement par une accumulation de problèmes sociaux, notamment chez les jeunes, avec une intensité qui dépasse l’échelle individuelle et dans l’ensemble des zones considérées. S’il est clair qu’il faut de nouvelles réponses, qui ne sont pas uniquement des réponses de l’action sociale, il faut également renforcer le lien entre les réponses économiques et les réponses sociales pour favoriser la diversification de ces dernières.

L’analyse des résultats de l’enquête montre également (c’est certainement le sens du second axe de l’analyse factorielle) une différence entre les zones urbaines et rurales. Nous avons vu toutefois que l’ensemble des situations se retrouve pratiquement dans toutes les CLI. Cette différence tient donc plutôt à l’importance relative des situations, à un positionnement différent des problématiques et des réponses en fonction du contexte.

Typologie

Sommaire


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.