Introduction

Guénaël Devillet
directeur du SEGEFA à l’Université de Liège, INTI

Guénaël Devillet
Guénaël Devillet, directeur du SEGEFA à l’Université de Liège, INTI

La Wallonie, terre de solidarité !

Pour G. Devillet, le choix “du Bois du Cazier” qui est  un site minier réaménagé et lieu d’accueil de ce premier jour du colloque s’est imposé comme une une évidence. Il est un symbole fort de l’économie de solidarité et du passé industriel qui a fait prospérer Charleroi, ville qui est maintenant le théâtre du développement de l’Économie Sociale (ES), spécialisée dans l’observation sociale.

G. Devillet a présenté ConcertES, l’ASBL qui s’est vue confier la mission de représentation des entreprises d’économie sociale par le Gouvernement Wallon et qui assure la concertation des acteurs. Il a également rappelé la définition de l’Économie Sociale autour de quatre principes  :

  1. finalité de service à la collectivité ou aux membres, plutôt que finalité de profit ;
  2. autonomie de gestion ;
  3. gestion démocratique et participative ;
  4. primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus.

Pour G. Devillet, l’ES a montré sa capacité à mobiliser l’intelligence collective avec des jeux d’acteurs, tournés vers le projet et l’action, en lien avec les territoires.

Il est important, selon G. Devillet, de co-construire avec des objectifs économiques, sociaux et environnementaux en ayant une approche transversale, polydisciplinaire, acteur-chercheur, partenariale avec le concept de résiliance.

A l’échelle de la Wallonie, on voit donc se combiner différents observatoires, parmi lesquels l’observatoire de Charleroi au sein duquel un nouvel axe a été créé, dédié à l’ES.

G. Devillet a conclu en rappelant le programme des trois jours du colloque à Charleroi et Liège.


Cyril Masselot
Maître de conférence à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, coordinateur INTI

Cyril Masselot
Cyril Masselot, Maître de conférence à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, coordinateur INTI

C. Masselot a commencé son intervention en présentant le réseau INTI (International Network of Territorial Intelligence) dont il est le coordinateur.

INTI est un réseau fondé sur une approche polydisciplinaire dans lequel s’organisent des recherches qui impliquent acteurs de terrain et chercheurs académiques selon plusieurs axes de recherches.

Des conférences internationales, des séminaires ainsi qu’une école d’été sont organisés dans le cadre de l’INTI et donnent lieu à des publications conjointes dans plusieurs langues accessibles dans la collection INTI d’HalSHS (https://halshs.archives-ouvertes.fr/INTI/). INTI utilise un ensemble d’outils numériques qui permettent d’animer la recherche à distance : le site INTI, Facebook, Twitter, SlideShare, HalSHS, YouTube

C. Masselot a dressé l’historique du réseau INTI qui avait démarré en 1992 avec la  mise en place en place d’un réseau européen de réinsertion économique et sociale. INTI a un fort ancrage en Wallonie grâce au développement d’un projet d’observation qui avait permis de renforcer les méthodologies et la co-construction sur un axe nord-sud (Wallonie, France, Espagne). D’autres observatoires se sont ensuite développés en Europe de l’Est, en Asie, en Amérique du Sud, au Canada et dans d’autres pays.

INTI est un réseau informel qui réunit acteurs et chercheurs (publics et privés). Pour en faire partie, il suffit d’être d’accord avec sa charte qui est réécrite au fur et à mesure des conférences internationales.

C. Masselot a conclu sa présentation en listant les 6 axes de recherches du réseau INTI (4 fondateurs et 2 transversaux) :

  1. Intelligence collective territoriale
  2. Territoire et réseaux : les territoires, liens entre espaces géographiques et communautés dans la transition vers le développement durable
  3. Observation coopérative, modèle et systèmes d’observation
  4. Gouvernance participative
  5. Vulnérabilité et résilience des territoires et des communautés
  6. Genre et développement durable des territoires


Sébastien Pereau
secrétaire général de CONCERTES
Sébastien Pereau
Sébastien Pereau, secrétaire général de CONCERTES

S. Pereau a commencé par présenter le projet VISES en précisant que ce projet qui est constitué de partenaires français, wallons et flamands et qui a pour objectif de valoriser l’impact social des entreprises sociales en mettant en lumière ce que les entreprises sociales apportent pour le dynamisme des territoires et le bien-être des habitants du territoire sur lequel elles interviennent.

Les données standardisées apportent peu concernant toute une partie des activités des entreprises sociales. Il faut donc travailler à décrire ces activités en développant des outils et des méthodes pour les entreprises sociales en vue de montrer ce que ne montrent pas les données standardisées.

Il s’agit avant tout de rendre visible aux yeux des financeurs, des utilisateurs, des partenaires et des travailleurs, la plus-value sociale, politique, environnementale et économique du secteur. VISES cherche à mieux évaluer les pratiques qualitatives tant pédagogiques, que de gestion administrative et financière, mais aussi de gestion d’équipe et de communication externe des CISP et SIS, afin de mettre en avant les spécificités et les apports de l’économie sociale.

L’objectif de VISES est de développer outils et méthodes pour valoriser le travail des entreprises sociales et la manière dont elle le font et de diffuser la démarche utilisant outils et méthodes par le biais d’accompagnements et formations. Ce doit être une méthode coopérative qui doit permettre l’insertion d’autres acteurs que ceux de l’économie sociale. Il faudra faire un focus sur les processus et les pratiques pour répondre aux besoins et produire des biens et services.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.