Ouarzazate2015 Dernier appel à communications (31 juillet 2015)

http://www.toilef1.com/site/image/drapeaux/gb.png

Date limite de proposition de communications repoussée au 31 juillet 2015

La 14e Conférence Internationale Annuelle d’Intelligence Territoriale de Ouarzazate (Maroc) portera sur le «Developpement durable des territoires vulnérables».

Les communications se répartiront entre cinq thématiques :

  1. Transition socio-écologique et résilience des territoires vulnérables
  2. Observation des territoires vulnérables
  3. La valorisation des territoires vulnérables
  4. La qualité des territoires
  5. Initiatives dans les territoires vulnérables

Les propositions de communications doivent être adressées par mail avant le 31 juillet à : m.oudada@uiz.ac.ma avec copie à jjg@mshe.univ-fcomte.fr. (cf.: Répondre à l’appel de communication)

L’humanité a pris conscience que le système basé sur l’accumulation des biens matériels aiguillonnée par la concurrence dans le contexte de la globalisation et de la financiarisation, conduit à des inégalités insoutenables entre les hommes et les communautés territoriales, produit l’épuisement des ressources à l’échelle planétaire avec un impact inégal selon les territoires, et accroit les risques environnementaux qui remettent en cause l’existence même de l’espèce humaine.

L’intelligence territoriale, “projet de recherche action dont l’objet est le développement durable des territoires et dont les sujets sont les communautés territoriales” (Girardot, 2008, 2013)  veut établir la perspective d’un autre modèle de développement orienté par l’amélioration du bien-être de chacun et de tous (Conseil de l’Europe, 2005), élaboré démocratiquement par chaque communauté territoriale. Elle propose un processus de co-construction d’une intelligence collective qui met en relation les acteurs d’un territoire, au sein de la communauté territoriale, pour élaborer de façon concertée un projet local durable et le réaliser de façon coopérative, transparente, rationnelle et équitable. La participation de la communauté territoriale, et de chaque personne, vise à améliorer la qualité de vie de chacun et de tous.

Transition socio-écologique et résilience des territoires vulnérables

Pour ce faire, l’intelligence territoriale adhère au concept de transition socio-écologique qui propose de profiter des défis démographiques, économiques, sociaux et environnementaux, pour inventer de nouveaux modèles de développement afin d’anticiper ces défis, et de renverser l’augmentation des inégalités sociales et territoriales (Baer, Commission Européenne, 2009). L’intelligence territoriale met l’accent sur les changements dans les comportements sociaux, mais aussi individuels, qui contribueront, s’ils sont stimulés par des réformes structurelles et des gouvernances adéquates, à diminuer la consommation des ressources fossiles et à résorber les inégalités sociales et territoriales.

Les communautés territoriales sont incitées à se réapproprier leurs territoires pour en améliorer la résilience en valorisant des initiatives qui ont été marginalisées par la financiarisation de l’économie.

L’intelligence territoriale contribue ainsi au moyen d’une approche multidisciplinaire au plan scientifique et multisectorielle au plan de l’action, à la combinaison équilibrée de l’efficience économique, de l’équité sociale et de la protection de l’environnement. Elle se distingue de l’intelligence économique qui poursuit uniquement un avantage compétitif, un gain monétaire, sur le marché concurrentiel globalisé. L’intelligence territoriale ne confond pas le territoire avec un marché, ou une entreprise, ni les citoyens avec des clients ou des salariés. Elle n’est pas uniquement préoccupée par la compétitivité économique.

La résilience territoriale est un des concepts clés de la transition socio-écologique, popularisé par Rob Hopkins dans le “Transition handbook” (2008). La résilience s’inspire de la conception de Hollings (1973) selon laquelle après une perturbation le système n’est pas marqué par un retour à l’équilibre, expression d’un comportement mécanique, mais réagit souvent au contraire de manière positive, créatrice, grâce à de multiples réajustements. Dans la mesure où « Le concept de transition évoque l’opportunité de co-construction d’une évolution rationnelle, pacifique et transparente, mais radicale, contre le risque d’un changement autoritaire » (Girardot, 2012) « La résilience d’un territoire décrit la capacité de sa communauté à assumer pacifiquement sa transition d’un développement fondés sur le critère du gain égoïste à court terme vers un développement durable, conciliant les objectifs économiques, sociaux, environnement et culturels face chocs externes qui accroissant sa vulnérabilité et qui peuvent remettre en cause son existence » (Girardot, 2013).

Nous proposons de poursuivre dans le cas spécifique des territoires vulnérables la réflexion engagée à l’occasion des rencontres internationales de Roscoff (mai 2014) : Comment développer un agenda de transition et une analyse intégrée de la résilience des territoires, soulignant les risques et les opportunités ? Quels sont les bornes de l’agenda de transition et les indicateurs de la résilience ? Comment s’articulent-ils avec les modes de gouvernance des territoires et en particulier avec une gouvernance latérale participative?

Observation des territoires vulnérables

Dans une logique d’intelligence territoriale, l’observation territoriale se fonde sur la collecte, le partage et le croisement de données sur les usagers, les services et les indicateurs territoriaux, afin d’élaborer et d’argumenter des projets partenariaux, de les suivre et de les évaluer de façon participative.

À l’échelle locale elle est confrontée à cinq difficultés majeures :

  • La plus importante est le manque d’information publique disponible au niveau infra communal.
  • Paradoxalement nous pouvons être confrontés à une masse d’informations aux plus petites échelles.
  • On trouve ensuite peu d’indicateurs sociaux et environnementaux cohérents avec le développement durable.
  • Les disparités entre les secteurs d’activité, les découpages spatiaux et l’actualisation dans le temps des données compliquent la représentation cartographique.
  • L’information locale manque encore de transparence.

Ces difficultés sont a priori plus importantes dans les territoires vulnérables. Quelles formes prennent-elles alors ? Comment y remédier ?

La valorisation du territoire

La valorisation du territoire a un objet plus ambitieux que la compétitivité économique. Elle se réfère au concept d’intelligence collective qui évalue les « résultats tirés de la collaboration et du partage de l’information, avec ceux de la compétition entre de nombreux individus … L’intelligence collective peut être considérée comme une forme de réseau, qui a été activé par l’évolution récente des technologies de l’information » (Prior, 2010).

Le développement territorial n’est pas limité à la croissance économique, ni à la compétition économique. La logique économique du partenariat, instrument de l’approche globale, se fonde d’abord sur la coopération (y compris au sein des « pôles de compétitivité »), et vise à rassembler les ressources locales disponibles avant de recourir à d’autres moyens. Les réseaux permettent aux acteurs privés, aux associations et aux personnes, comme aux acteurs publics, de prendre part aux décisions dans le cadre de la démocratie participative. La valorisation du territoire considère ce dernier à la fois comme un espace de compétition et de coopération.

La qualité du territoire

La qualité du territoire est un concept complémentaire à celui de valorisation.  À l’origine la qualité est la capacité d’un produit ou d’un service à satisfaire les besoins exprimés ou latents des consommateurs. Ce sont les attributs intrinsèques du produit ou du service. La satisfaction du client et l’amélioration continue du produit ou du service sont au centre du concept. S’agissant du territoire, la définition de la qualité prend une dimension plus large, où la communauté territoriale se substitue aux consommateurs et les dimensions du développement durable aux attributs. Dès lors, on peut définir la qualité du territoire comme la capacité de ce dernier à répondre aux attentes de sa communauté à travers l’amélioration continue de ses dimensions économiques, sociales, environnementales et culturelles. Elle est souvent assimilée à la qualité de vie, un concept né à la suite des évolutions des modes de vie de la société actuelle et de la perception des risques engendrés par le développement économique.

Initiatives dans les territoires vulnérables

Indépendamment des programmes internationaux et nationaux, le développement durable se caractérise par des  initiatives locales portées par des collectivités locales, des associations, des groupes informels ou des personnes privées.

Nous nous intéressons à celles qui s’inscrivent dans le processus de transition socio-écologique, contribuent à la résilience du territoire, valorisent le territoire et illustrent sa qualité.

Plus d’information:

>>> Ouarzazate 2015
>>> Programme prévisionnel
>>> Comité scientifique


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.