Archives de catégorie : PDI94

Typologie

La Typologie des populations

Un constat s’impose au terme de l’exposé des caractéristiques des ménages suivis. Ce sont les usagers les plus jeunes qui cumulent les difficultés d’accès à l’emploi, le manque de ressources, l’absence de logement autonome et les problèmes d’accès aux soins. Ce phénomène relatif ne va pas de pair avec une amélioration de la situation des autres ménages, dont les problématiques tendent au contraire à se compliquer (notamment par le fait que nombre de ces jeunes sont probablement issus de ces ménages), mais que les problèmes sociaux qui sont le lot de tous se cumulent particulièrement chez les jeunes avec les difficultés d’accès à l’emploi, ce que confirme la typologie des populations.
La classification automatique distingue 28 classes définissant des problématiques différentes. A un niveau plus général, les ménages peuvent être répartis selon trois grands groupes.

1. – Un premier groupe est celui des « jeunes » (2 712 ménages). Le terme jeunes doit être relativisé dans la mesure où il s’agit d’usagers qui peuvent avoir jusqu’à 30 ans. Ce groupe concerne des situations différentes (10 classes ou sous-groupes) qui forment un ensemble très cohérent caractérisé par un fort cumul de handicaps : absence de travail ou emploi extrêmement précaire, problème d’autonomie du logement (hébergement dans la famille jusqu’à un âge relativement avancé, hébergement chez des amis ou dans des structures spécialisées, sans abri) évidemment lié à l’absence ou à la faiblesse des ressources. La dégradation de l’état sanitaire caractérise également certaines personnes de ce groupe (absence de protection sociale, et probablement problèmes d’alcool et de drogue).
La très grande proximité des situations vis-à-vis du logement (hébergement dans la famille ou en structure, sans domicile), montre la possibilité de passer rapidement d’une situation à une autre. Il est également clair que les plus jeunes sont dans les situations les plus aiguës en matière de ressources, de logement, et d’accès aux soins. Ce constat évoque un délitement des solidarités familiales dans les familles nombreuses, dans les ménages les plus pauvres, ou dans les familles dont la structure a éclaté. Les solidarités familiales dont ont bénéficié les enfants âgés à présent de plus de 25 ans, ne fonctionnent plus toujours pour les plus jeunes, exclus du RMI à titre personnel.
Ce premier groupe s’oppose clairement aux deux suivants, par la gravité de sa situation. N’oublions pas toutefois que le premier groupe rassemble probablement le plus souvent des enfants de ménages constituant les deux groupes suivants.

2. – Un second groupe est composé de 5 057 ménages dont les ressources sont essentiellement constituées de prestations sociales et qui sont de ce fait suivis socialement.
Il existe dans ce groupe une grande disparité (20 classes) en fonction du type de prestations (familiales ou liées à la perte d’emploi) et de leur caractère temporaire ou non. On trouve dans ce groupe des usagers qui n’ont jamais travaillé et dont les ressources sont essentiellement constituées de prestations de type familial, avec une variété de situations entre les familles nombreuses, les personnes séparées avec enfants, les « mères célibataires ». Ce groupe est également composé de ménages qui ont perdu les ressources liées à l’emploi, et dont la situation financière s’est fortement dégradée. Ces ménages occupent généralement un logement social grâce aux allocations logement.
Un autre élément de disparité est relatif aux problèmes rencontrés par certains ménages au niveau du logement : problème traditionnel du surpeuplement qui se pose quelquefois pour des ménages peu nombreux du fait de l’exiguïté du logement, éventuellement accentué par l’hébergement d’autres personnes ; risque d’expulsion lié à l’endettement aussi bien pour des locataires que pour des accédants à la propriété.
Ce groupe correspond au public « classique » des travailleurs sociaux. Il connaît à présent des problèmes nouveaux en raison du chômage, alors que les réponses classiques sont devenues insuffisantes, compte tenu de la nouveauté et de l’aggravation des situations.

3. – Le troisième groupe (1 128 ménages, 8 classes) rassemble les personnes âgées ayant de faibles ressources, et les personnes qui souffrent d’un handicap. Ce groupe, caractéristique du milieu rural, est également présent en zone urbaine, notamment dans le pays de Montbéliard. Certains de ces ménages connaissent un fort isolement en raison de la désertification rurale. Par ailleurs, le handicap est souvent lié aux accidents de travail.


La Santé

Conclusion

 

Conclusion

Conclusion

Si nous comparons cette typologie aux résultats de l’enquête qui a servi de base au précédent PDI, et qui concernait les bénéficiaires du RMI en 1991, nous retrouvons une typologie comparable avec une importance accrue des usagers qui sont dans des situations de forte marginalité, chez les plus jeunes (qui ne bénéficient pas du RMI) et les plus âgés (dont les ressources sont supérieures aux barèmes).

La problématique de l’accès des jeunes à l’emploi a maintenant nettement pris le pas sur celle de la perte d’emploi des plus âgés. Elle se conjugue avec une accumulation de problèmes sociaux majeurs : difficulté accrue et prolongée d’accéder à un logement autonome, voire impossibilité de se loger, insuffisance ou absence de ressources, problèmes d’accès aux soins et dégradation de l’état sanitaire. De ce fait, la réponse en terme de formation ou d’insertion, qui est généralement la seule proposée, reste insuffisante parce qu’elle débouche rarement sur l’emploi et parce qu’elle n’apporte pas de solution aux problèmes sociaux. La plupart de ces jeunes « tournent » dans les circuits de l’insertion, mais ne trouvent pas d’emploi, même s’ils ont déjà une bonne formation de base, voire une qualification. Ces jeunes connaissent à présent des problèmes sociaux aigus, cumulés, qu’il convient de prendre en compte rapidement, mais pour lesquels il existe peu de solutions. Cette urgence ne doit toutefois pas se traduire par l’oubli de ceux qui ont perdu leur emploi, et qui gonflent aussi les rangs de l’assistance sociale.

L’enquête montre en effet l’extension et la diversification des publics de l’assistance sociale. L’analyse factorielle organise une dynamique des publics, qui va sans rupture des familles pauvres, où le problème n’est pas nécessairement l’absence d’emploi mais l’insuffisance des ressources, aux jeunes, sans emploi, sans ressource, sans protection sociale, sans logement et dont l’état sanitaire est dégradé. Entre ces deux extrêmes, proches des familles nombreuses, nous trouvons des ménages qui vivent de prestations diverses et dont l’évolution dépend largement du caractère plus ou moins précaire de ces prestations. La situation se dégrade ensuite fortement car ce qui est en cause n’est plus tant l’importance du revenu que la possibilité de satisfaire les besoins essentiels de logement et de santé.

Cette dynamique, qui constitue la tendance principale de la structure des populations, a une dimension historique. Les publics traditionnels de l’assistance sociale, familles nombreuses, handicapés, personnes âgées isolées ne sont plus qu’une minorité. Ils se sont d’abord étendus avec l’évolution de la problématique familiale et la prise en compte des parents isolés, puis avec les ménages appauvris par la perte d’emploi ou les difficultés d’accès à l’emploi. On a souvent opposé à ces publics ceux dont le RMI a révélé l’importance : les personnes isolées également précarisées faute d’emploi mais qui ne pouvaient pas être prises en charge dans le cadre des prestations sociales, ou qui l’étaient insuffisamment. Ces publics recourent actuellement aux services sociaux comme le montre leur importance dans la population suivie. Cette enquête montre aussi que les travailleurs sociaux sont à présent sollicités par des populations exclues du RMI, dont la situation se dégrade très fortement.

Le véritable problème n’est plus celui d’une opposition de “clientèles” mais celui de la prise en charge d’une population de plus en plus diversifiée qui recourt aux services sociaux. L’enquête montre clairement que les réponses dont disposent les travailleurs sociaux n’ont pas suivi la progression et la diversification de ce public. Les pratiques doivent certainement évoluer mais elles ne peuvent pas le faire sans l’apport de nouveaux outils. Il n’est en effet pas évident que les réponses sociales soient caduques. Le cumul des handicaps montre clairement que si la problématique de l’emploi est déterminante, elle se complique rapidement par une accumulation de problèmes sociaux, notamment chez les jeunes, avec une intensité qui dépasse l’échelle individuelle et dans l’ensemble des zones considérées. S’il est clair qu’il faut de nouvelles réponses, qui ne sont pas uniquement des réponses de l’action sociale, il faut également renforcer le lien entre les réponses économiques et les réponses sociales pour favoriser la diversification de ces dernières.

L’analyse des résultats de l’enquête montre également (c’est certainement le sens du second axe de l’analyse factorielle) une différence entre les zones urbaines et rurales. Nous avons vu toutefois que l’ensemble des situations se retrouve pratiquement dans toutes les CLI. Cette différence tient donc plutôt à l’importance relative des situations, à un positionnement différent des problématiques et des réponses en fonction du contexte.

Typologie

Sommaire